Août 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Calendrier

conversion euro/dirham
Petites annonces
le dicton du jour
La recette du jour
El Jadida : la météo
Marées à El Jadida
Karima Yatribi au café littéraire : "Ahmed SEFRIOUI, entre l'oubli et la réhabilitation" (compte rendu) Maryes10
Programme TV
Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs
Les sites recommandés par le "Nouveau Jdidi"

Karima Yatribi au café littéraire : "Ahmed SEFRIOUI, entre l'oubli et la réhabilitation" (compte rendu) 35546711



Karima Yatribi au café littéraire : "Ahmed SEFRIOUI, entre l'oubli et la réhabilitation" (compte rendu) Logo_m10



Partagez
Aller en bas
alain
Messages : 5143
Date d'inscription : 11/04/2011
Age : 71
Localisation : EL JADIDA (Maroc)
Voir le profil de l'utilisateur

Karima Yatribi au café littéraire : "Ahmed SEFRIOUI, entre l'oubli et la réhabilitation" (compte rendu) Empty Karima Yatribi au café littéraire : "Ahmed SEFRIOUI, entre l'oubli et la réhabilitation" (compte rendu)

le Ven 19 Déc 2014, 22:29
Karima Yatribi au café littéraire :
"Ahmed SEFRIOUI, entre l'oubli et la réhabilitation" (compte rendu)



Karima Yatribi au café littéraire : "Ahmed SEFRIOUI, entre l'oubli et la réhabilitation" (compte rendu) Pc190012Karima Yatribi au café littéraire : "Ahmed SEFRIOUI, entre l'oubli et la réhabilitation" (compte rendu) Pc190013



Jean-Claude Baudais a écrit:
Encore une belle soirée organisée par Mme Elisabeth Du Breil De Pontbriand et son équipe de l'Institut Français d'El Jadida.
Une double découverte s'offre à nous : notre conférencière Mme Karima YATRIBI, professeur de l'enseignement supérieur du département de langue et de littérature françaises de l'université et l'écrivain. Sujet de son ouvrage  : Ahmed SEFRIOUI.
Ce dernier a éclairé la littérature marocaine d'expression française. Karima, fille spirituelle de l'écrivain-compteur, a pour objectif de lui rendre justice, de le ressusciter car à la veille de sa mort il était meurtri, négligé. 
Il adorait: (dans l'ordre de citation): les fleurs,les chats (14) et les femmes intellectuelles, celles qui ont quelque chose à dire. Il revendiquait le droit au rêve, à l'imaginaire,l'écrivain n'ayant pas à se justifier, avec deux spécificités: l'oralité et le mystique.
Madame Karima YATRIBI qui a eu la chance et la volonté de bien connaître M SEFRIOUI,  en a fait sa thèse soutenue le lundi 20 juin 1994, en parle avec amour et beaucoup d'admiration. Ce soir, il a été réhabilité.
Le final a été assuré par le groupe musical de l'institut:" NCZ". Le prochain rendez-vous est fixé au 9 janvier 2015.

Karima Yatribi au café littéraire : "Ahmed SEFRIOUI, entre l'oubli et la réhabilitation" (compte rendu) Pc190014Karima Yatribi au café littéraire : "Ahmed SEFRIOUI, entre l'oubli et la réhabilitation" (compte rendu) Pc190014


Karima Yatribi au café littéraire : "Ahmed SEFRIOUI, entre l'oubli et la réhabilitation" (compte rendu) Ahmed_10
Né de parents berbères, Ahmed Sefrioui a toujours été passionné par la littérature de son pays et les écrits français. Même si l'on sait peu de choses sur sa vie, ses romans parlent d'eux-mêmes et retracent le parcours de cet original et ambitieux Marocain qui a été capable de créer un mouvement littéraire. Il débute d'abord en tant que journaliste pour le quotidien nationaliste 'Action du peuple' mais très vite il choisit des voies plus proches de la culture comme, par exemple, conservateur au musée d'Addoha ou fonctionnaire dans différentes structures ministérielles. Malgré tout, son parcours professionnel est bien moins important que son parcours littéraire. En 1949, il publie son premier roman, « Le Chapelet d'ambre », où il évoque sa ville natale, Fès. Cette première entrée dans le monde des livres lui apporte le Grand Prix littéraire du Maroc. C'est la première fois dans l'histoire qu'un natif marocain l'obtient. En 1954, il publie chez Seuil « La Boîte à merveilles », considéré aujourd'hui comme un roman ethnographique mais surtout comme le premier roman de la littérature marocaine d'expression française. Il crée ainsi un nouveau mouvement et introduit le monde littéraire oriental dans la culture occidentale. En 1973, il expatrie sa publication et fait éditer en Algérie son roman "La Maison de servitude", un énorme succès. Ahmed Sefrioui a été, jusqu'à sa mort, un grand écrivain, à la plume originale et novatrice capable de créer un véritable melting pot culturel.
Karima Yatribi au café littéraire : "Ahmed SEFRIOUI, entre l'oubli et la réhabilitation" (compte rendu) Pc190018
Karima Yatribi au café littéraire : "Ahmed SEFRIOUI, entre l'oubli et la réhabilitation" (compte rendu) Pc190019Karima Yatribi au café littéraire : "Ahmed SEFRIOUI, entre l'oubli et la réhabilitation" (compte rendu) Pc190017

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum