Décembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Calendrier

conversion euro/dirham
Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    le dicton du jour
    La recette du jour
    El Jadida : la météo
    Marées à El Jadida
    Programme TV
    Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
    Votre programme TV avec Télé-Loisirs
    Les sites recommandés par le "Nouveau Jdidi"









    Partagez
    avatar
    Messages : 4655
    Date d'inscription : 11/04/2011
    Age : 71
    Localisation : EL JADIDA (Maroc)
    Voir le profil de l'utilisateur
    05012016
    Un "safiot" nommé Galabru

    Je trouve que l'année 2016 est déjà bien cruelle... Après Michel Delpech, un « monstre du showbiz » qui s'en est allé le 2, un autre « monstre » mais du théâtre et du cinéma celui-là, a tiré sa révérence le 4 janvier.




    Michel Galabru était né à Safi, notre voisine, le 27 octobre 1922 où il passa les 7 premières années de sa vie. Il ne manquait pas de rappeler avec la tendresse que nous lui connaissions, le SAFI de son enfance, évoquant la vie de rêve qu'il y mena, se promenant dans les rues sur la dos d'un petit âne. On se souvient que la ville de SAFI lui rendit hommage au mois de septembre 2010 en apposant sur la maison natale de l'acteur et comédien français un plaque commémorative sur laquelle est inscrite la mention, en français et en arabe : « Maison Michel Galabru, Dans cette maison, le 27 octobre 1922, est né Michel Galabru ».

    Son père, ingénieur et professeur à l'Ecole Nationale des Ponts et Chaussées, participait à l'époque à la construction du port de SAFI, ce qui explique sa naissance dans la ville marocaine.

    Se destinant tout d'abord à devenir un joueur de football professionnel, contre l'avis paternel qui aurait voulu qu'il fasse des études de droit, c'est vers le théâtre qu'il s'oriente après avoir vécu l'occupation et subi la déportation du STO (service du travail obligatoire) qui le mènera en Autriche et en ex-Yougoslavie.

    Avant de trouver la consécration, Michel Galabru avait accepté tous les rôles qu'on lui proposait, des rôles à « vocation alimentaire » : il fallait bien nourrit sa petite famille.

    « Le gendarme de Saint-Tropez » sera sa révélation au grand public et les succès vont alors s'enchaîner. Il dit sa reconnaissance à Luis de Funès pour ce rôle qu'il obtint et qui lancera toute sa carrière.

    Il avoua sa préférence pour le théâtre (il fut d'ailleurs un grand admirateur de Sacha Guitry), indiquant que sur un plateau de cinéma il s'ennuyait. Il prétendait qu'un bon metteur en scène fait un bon film, que de piètres acteurs sont sublimés par le bon metteur en scène. Le théâtre, au contraire, révèle le comédien, la pièce jouée ne devient un succès que par ceux qui la joue.

    Nul doute que sa satisfaction fut de voir deux de ses enfants Emmanuelle et Jean emboîter son pas.

    Je ne citerai pas les innombrables pièces de théâtre qu'il a joué ni le titre des quelques 200 films dans lesquels l'acteur a joué, me contentant de rappeler les distinctions qu'il a obtenu au cours de sa longue carrière :
    Partager cet article sur :diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

    Commentaires

    Aucun commentaire.

    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum