Le nouveau Jdidi

retraités français et européens expatriés à El Jadida
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



08/11 - Cinéma jeunesse :
"U, la licorne"
Eglise portugaise
15 heures


Institut français d'El Jadida




21/11 - 1er festival Mazjazz :
Corina Kwami
Eglise portugaise
19 heures


Institut français d'El Jadida
American Language Center d'El Jadida




22/11 - 1er festival Mazjazz:
Daniel Zimmermann Quartet
en concert à El Jadida
Eglise portugaise
19 heures


Institut français d'El Jadida




25/11 - l'heure du conte :
"le roi aux pieds sales"
Médiathèque Driss-Chraïbi
15 heures


Institut français d'El Jadida




13/12 - l'heure du conte :
"Une fiancée pleine de sagesse"
Médiathèque Driss-Chraïbi
15 heures
Institut français d'El Jadida




15/12 - marche sportive
à Sidi-Bouzid




16/12 - l'heure du conte :
"Une fiancée pleine de sagesse"
Médiathèque Driss-Chraïbi
15 heure
s


Institut français d'El Jadida

Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     
CalendrierCalendrier
Ephéméride
le dicton du jour
La recette du jour
El Jadida : la météo
Marées à El Jadida
Derniers sujets
conversion euro/dirham
Programme TV
Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs
Mots-clés les plus tagués
1#impot
2#cnss
3#assurancemaladie
4#véhicule
5#impotsurlerevenu
6#permisdeconduire
7#santé
8#protectionsociale
9#plusvalue
France Info

Partagez | 
 

 A propos des relations entre la RADEEJ et ses clients

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
alain

avatar

Messages : 3817
Date d'inscription : 11/04/2011
Age : 69
Localisation : EL JADIDA (Maroc)

MessageSujet: A propos des relations entre la RADEEJ et ses clients   Mer 06 Juil 2016, 10:43

A propos des relations entre la RADEEJ et ses clients

Le site de la RADEEJ, la régie de distribution de l'eau et de l'électricité d'El Jadida, dans son « espace client », édicte deux objectifs louables : le « droit à l’information » et « la création d’une relation transparente et simple entre la RADEEJ et sa clientèle ». Force est de constater qu'il y a du chemin à parcourir pour concrétiser ces deux objectifs. Je m'explique :

un « droit à l'information » bafoué


Selon le mode de règlement choisi par le client, le droit à l'information est différent. En effet :

  • le client ayant choisi de payer mensuellement soit à l'encaisseur , soit au guichet d'une agence de la régie ou soit encore, dans les espaces services, dispose de l'information concernant sa dette envers la régie puisqu'il est en possession d'une facture qui lui a été délivrée dans sa boîte à lettres.
  • Pour les deux autres modes de règlement mis à sa disposition (avance sur consommation et domiciliation bancaire), aucune information ne lui est délivrée. Pour obtenir les renseignements dont il est en droit d'obtenir, il lui faut se déplacer au siège de la RADEEJ et encore ne lui donne-t-on qu'un relevé de factures alors même que celles-ci font partie de l'acte normal et essentiel du contrat passé par le client avec la régie.



J'ai fait l'expérience des différents modes de paiement.
Dans un premier temps, j'ai opté pour « l'avance sur consommation ». Malgré la promesse faite qu'il me serait demandé de compléter mes avances lorsque celles-ci deviendraient insuffisantes, je n'ai jamais reçu un relevé m'indiquant que ma provision devenait insuffisante et j'ai eu la désagréable surprise d'une coupure de la distribution. J'ai donc protesté de ma bonne foi, j'ai reçu des excuses du préposé se chargeant des comptes sur avance qui reconnaissait la responsabilité de la régie quant au non respect du devoir d'information.
J'ai donc opté pour le paiement au mois et au guichet de l'agence route de Marrakech. Cette situation, malgré les inconvénients liés aux attentes, est celle qui me satisfaisait le plus : j'avais une information (une facture reçue dans ma boite à lettres) et donc la possibilité d'une vérification de la somme qui m'était demandée, ce qui constitue la moindre des choses dans les relations commerciales.
Malgré tout, ce mode de règlement ne pouvait s'adapter durablement à ma situation de français résidant à El Jadida et qui retourne en France durant 4 mois dans l'année. J'ai donc opté pour la domiciliation bancaire : je n'ai plus de soucis quant aux règlements, ils sont prélevés directement sur mon compte. Toutefois, ça ne résout pas mon droit à l'information : qu'est-ce que je paye ? Quel contrôle puis-je avoir sur mes consommations ?
une « relation transparente et simple »... compliquée


De tout ce qui précède, je conclus que nos « relations » avec la RADEEJ ne sont pas transparentes et ne le deviendront que lorsque les factures que je règle seront en ma possession avant que n'intervienne le paiement.
Pas davantage nos relations ne sont « simples » : pour avoir une information, il faut toujours se déplacer dans les agences et encore, lorsque l'on obtient le renseignement demandé après une longue attente dans une file...
Des solutions simples...


Pourtant, des solutions existent... Il suffit de les mettre en œuvre et dans un premier temps, sans rien bousculer à l'organisation de la régie, il conviendrait de délivrer les factures à leurs destinataires quelque soit le mode de règlement adopté. C'est la moindre des choses. Le client a droit de savoir ce qu'il consomme et ce qu'il paye !
Par la suite, la mise à niveau informatique de la RADEEJ permettrait le suivi des comptes et le règlement des factures par chaque client au moyen d'une connexion au site de la régie à un "espace personnel". Ainsi pourrait être institué un mode de paiement en ligne par carte bancaire, à l'image de ce que Maroc-Télécom a mis en oeuvre pour sa clientèle.

La nouvelle tarification implique de la rigueur...


Enfin, pour en terminer, la nouvelle tarification édictée nationalement par l'arrêté 2451.14 du 21 juillet 2014, modifie la donne. L'abandon de la tarification progressive à partir d'une consommation mensuelle de 151 kwa, implique une rigueur quant aux dates des relevés mensuels.
Or, la RADEEJ n'a pas modifié ses pratiques. Des plaintes s'élèvent contre le fait que les relevés de compteurs sont toujours pratiqués à des dates variables. Il arrive couramment que certains relevés soient espacés de 40 jours par exemple, ce qui a pour résultat de changer la tranche de tarification.
A partir d'un exemple concret, je veux démontrer combien le client consommateur peut être lésé par l'irrégularité dans l'espacement des relevés de consommations.
A partir de la tarification de l'électricité pour un usage domestique mensuel (tarif 2016), je me propose de démontrer les inconvénients de relevés irréguliers.

Deux sortes de tarifs sont en usage et répondent aux exigences du décret du 21 juillet 2014 :
- un tarif dégressif pour les très basses consommations jusqu'à 200 kwa mensuels
- un tarif "sélectif" à partir de 151 kwa de consommation mensuelle.

Soit un client consommant d'une façon régulière 6 kwa par jour. Examinons sa situation sur 2 mois. Qu'elles seront les factures qu'il recevra dans le cas où les relevés de consommations sont faits tous les 30 jours et dans le cas d'un relevé de consommation irrégulier dans le temps par exemple, premier relevé au bout de 40 jours, deuxième relevé au bout de 20 jours.

1er cas : relevés de consommations réguliers tous les 30 jours
1ère facture au bout de 30 jours 
consommation 180kwa à 1,037 dh = 186,66
2ème facture 
consommation 180 kwa à 1,037 dh = 186,66
total sur deux mois =                       373,32

2ème cas : relevés effectués irrégulièrement (1er relevés au bout de 40 jours, 2ème au bout de 20 jours)
1ère facture au bout de 40 jours 
consommation 240 kwa à 1,128 dh =     270,72
2ème facture au bout de 20 jours 
consommation 120 kwa 
(tarif dégressif) : 100 kwa à 0,901 dh=   90,10
                               20 kwa à 1,037 dh=  20,74
total sur deux mois =                             381,56
Une différence, certes, minime mais qui s'explique par le fait que nous avons examiné un cas de petit consommateur. Naturellement, des consommations plus importantes entraînent des différences beaucoup plus significatives, les effets de seuil jouant en défaveur du consommateur.
Il nous semble donc important de faire respecter le délai d'un mois entre deux relevés de consommations. 
06 juillet 2016 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
A propos des relations entre la RADEEJ et ses clients
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une circulaire rappelle les relations entre les parquets et les ordres professionnels
» Relations entre moniteurs(trices)
» #TMCweb3 #économie : Relations entre les #entreprises : les retards de paiement explosent
» que l'on se disent bonjour entre nous !!
» tableau comprartif entre l AE et l EI

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le nouveau Jdidi :: chapitre 4 - Vivre à El Jadida : quelques formalités :: 4.8 - Vie quotidienne au Maroc-
Sauter vers: