Khatiba Moundib :
une ambiance nostalgique



Septembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier

conversion euro/dirham
Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    le dicton du jour
    La recette du jour
    El Jadida : la météo
    Marées à El Jadida
    Programme TV
    Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
    Votre programme TV avec Télé-Loisirs
    Les sites recommandés par le "Nouveau Jdidi"









    Partagez
    avatar
    Messages : 4471
    Date d'inscription : 11/04/2011
    Age : 70
    Localisation : EL JADIDA (Maroc)
    Voir le profil de l'utilisateur
    09102017
    ''Au temps béni des colonies...''

    On se croirait de retour à ''la belle époque''... ''De mon temps...''
    Il court, parmi la communauté française jdidie, un film ancien diffusé sur le site Vimeo vantant les mérites de la colonisation du Royaume, film relayé par l'association El Jadida-Accueil, vous savez, celle dont les statuts proclament son apolitisme.

    Tout ce que nous avons abandonné à l'indépendance... Les bienfaits de notre civilisation judéo-chrétienne... L'extraordinaire essor d'un pays et surtout d'une ville (Casablanca) où la République des Lumières a laissé son empreinte.

    Visualisant le film où tout n'est qu'emphase et discours à la gloire du colonialisme paternaliste, on éprouve quelques nausées. Non pas que je ne reconnaisse pas le travail effectué par les petits colons, venus le plus souvent dans un rêve d'Eldorado, chassés par la misère métropolitaine et qui, en somme, seront les sacrifiés de la décolonisation ; mais ces films de propagande à la gloire de la grandeur de la ''Civilisation'' me laissent perplexe... même genre de films que les ''actualités'' projetées naguère dans les salles obscures d'une France occupée, à la gloire d'une autre civilisation...

    Loin de ma pensée que tout était ''noir'' durant la présence française au Maroc sous le protectorat. Mais un minimum d'analyse aurait pû, aurait dû accompagner le ''relais'' de ce document... y compris un petit déjeuner en présence de ''l'autre côté de la barrière'', l'autre ''son de cloche'' aurait permis une approche plus réaliste...de la réalité !

    Que croit-on démontrer dans ce film ? Que ''nous'' (les français) avons apporté les bienfaits du progrès ? Certes oui on ne niera pas ces apports comme il se doit, en retour, de bien comprendre les bénéfices tirés de la colonisation par les grandes entreprises françaises venues là pour piller les ressources du pays, notamment minières. Certes, ''nous'' avons tracé des routes, tiré des lignes de chemin de fer... des structures qui, si elles bénéficient aujourd'hui aux Marocains, ont surtout permis l'acheminement des minerais et autres produits vers les ports...

    Oui, ''au temps béni des colonies' tout n'était pas tout blanc... tout n'était pas tout "noir". Cela mériterait débat...
    Partager cet article sur :diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

    Commentaires

    le Mar 10 Oct 2017, 18:00carle
    Bonjour,merci pour avoir souligné cette caricature concernant la colonisation inspiré par ce film sur la construction  de la ville de Casablanca.J'ai moi même envoyé un courrier à El Jadida Accueil soulignant cette invitation à découvrir le film et les propos si rapportant.En effet les propos se rapportant à la découverte du film invite à repenser l'Histoire:'Le néophyte, celui qui n'a pas connu la colonisation va se faire une autre idée de l'Histoire''.Les propos invitent aussi les pays voisins à s'inspirer du Maroc.Comment comparer l'Algérie et le Maroc?Comment comparer deux pays si différent dans leur Histoire,comment passer sous silence la destruction du peuple algérien.Bugeaud s'adressant à la Chambre le 14 mai 1840, dira ceci: « Il faut une grande invasion en Afrique qui ressemble à ce que faisaient les Francs, à ce que faisaient les Goths. » Le seul obstacle à la conquête du pays tout entier, mais qui se révèle chaque jour plus formidable est, en effet, le peuple algérien lui-même, qui résiste partout avec un extraordinaire acharnement. La méthode est celle de l'effroi et de la terreur dont Montagnac a fait une science exacte:la décapitation systématique explique-t-il
    encore, est la meilleure et la plus humaine des politiques : ́ ́Une tête coupée produit une terreur plus forte que la mort de 50 individus [...] Voilà comment il faut faire la guerre aux Arabes : tuer tous les hommes jusqu'à l'âge de 15 ans, prendre toutes les femmes et les enfants, en charger les bâtiments, les envoyer aux îles Marquises ou ailleurs. En un mot, anéantir tout ce qui ne rampera pas à nos pieds comme des chiens ». Vous me demandez dans un paragraphe de votre lettre ce que nous faisons des femmes que nous prenons. On en garde quelques-unes comme otages, les autres sont échangées contre des chevaux et le reste est vendu à l'enchère comme des bêtes de somme.a politique de la terre brûlée devait amener une vingtaine d'années plus tard les famines
    qui ont vu la mort de centaines de milliers d'Algériens, au point qu'il a fallu 50 ans pour que la population algérienne retrouve le chiffre de 3 millions d'habitants qu'elle avait en 1830. En 1959, la politique des camps de regroupement eut un résultat. Michel Rocard notait dans son rapport que 500 enfants y mourraient chaque jour des suites de la faim et de la maladie
    Les estimations contemporaines de la population algérienne avant la conquête française de 1830 oscillent entre 3 et 5 millions d'habitants.
    a population connaîtra un recul quasiment constant durant la période de conquête jusqu'à son étiage en 1872, ne retrouvant finalement un niveau de trois millions d'habitants qu'en 1890. On peut découper cette période de l'évolution démographique algérienne en trois phases. De 1830 à 1856, sa population tombe de 3 à moins de 2,5 millions. Elle remonte ensuite jusqu'à 2,7 millions en 1861 avant de connaître sa chute la plus brutale à 2,1 millions en 1871. La politique de la terre brûlée, décidée par le gouverneur général Bugeaud, a des effets dévastateurs sur les équilibres socio-économique et alimentaire du pays : nous tirons peu de coups de fusil, nous brûlons tous les douars, tous les villages, toutes les cahutes ; l'ennemi fuit partout en emmenant ses troupeaux.
    Peut-on comparer la colonisation de l’Algérie et le protectorat Marocain?Evidemment non.Ce qui est scandaleux et vous le soulignez c'est que la façon dont a été présenté le film,le film lui même aurait nécessité un débat contradictoire.Ce qui est inacceptable c'est que l'ensemble des adhérents d'El Jadida Accueil se trouvent mêlés à ce courrier électronique et à ce regard partisan d'un sujet délicat de la colonisation.Aussi ais-jedemandé à El Jadida Accueil d'une part que la personne qui a libellé le texte de présentation se nomme et assume ses convictions lui et lui seul en tout cas personnellement je me désolidarise avec force des propos qui sont tenus sur le mail.J'ai également rappelé l'article 2 de l'association qui pour moi a été baffoué.
    Cordialement.
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum