02/11 au 30/11 - Exposition :
Antoine de Saint Exupéry
"La Terre en héritage, sauver la planète
du Petit Prince"

Centre culturel Abdellah-Laroui à Azemmour

Institut français El Jadida

Novembre 2018

Calendrier

conversion euro/dirham
Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    le dicton du jour
    La recette du jour
    El Jadida : la météo
    Marées à El Jadida
    Programme TV
    Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
    Votre programme TV avec Télé-Loisirs
    Les sites recommandés par le "Nouveau Jdidi"









    Partagez
    avatar
    Messages : 4620
    Date d'inscription : 11/04/2011
    Age : 70
    Localisation : EL JADIDA (Maroc)
    Voir le profil de l'utilisateur
    26122017
    Après le Rif, l'Oriental en ébullition

    26 décembre 2017




    Les mêmes causes produisent les mêmes effets... 

    A un an d'intervalle, la région de l'Oriental s'embrase à son tour.

    Le 28 octobre 2016, à Al Hoceima le poissonnier Mohcine Fikri était broyé dans une benne à ordures où il tentait de sauver sa marchandise saisie, déclenchant une vague de manifestations pour dénoncer la misère. Un mouvement qui avait pris de l'ampleur et désormais connu sous le nom de "Hirak".
     
    Le 22 décembre 2017, à Jerada dans l'Oriental, deux frères ont trouvé la mort dans une mine d'anthracite clandestine dans laquelle ils extrayaient du minerai pour assurer leur subsistance. Jerada est un site qui employait 9000 mineurs et qui ferma en 2000, laissant toute une ville et toute une population sinistrées. La mort là aussi, constitue l'élément déclencheur d'une protestation populaire contre la misère.
    Faut-il également rapprocher ces deux événements d'un troisième : la mort de 15 femmes piétinées lors d'une distribution d'aide alimentaire à Sidi Boulaalam dans la région d'Essaouira ?

    Des mouvements de protestation s'ensuivent, mouvements contre "l'injustice", la "marginalisation", "l'abandon" et les "conditions de vie difficiles".

    On connaît la difficile sortie du Maroc de sa condition de "pays en voie de développement", ses progrès indéniables au plan économique mais le constat est vite fait : la situation sociale n'a pas suivi le même train, le partage des richesses produites n'est pas au rendez-vous, ce qui nous conforte dans l'appréciation que nous avions eu sur  la pauvreté au Maroc. Le Haut Commissariat au Plan et la Banque Mondiale pourront ainsi, tout à loisir, disserter sur la réalité de leur étude, celle du terrain est tout autre...  Et pour ceux qui, en France,  justifient les largesses faites aux plus riches et les sacrifices imposés aux plus faibles par une fausse "théorie du ruissellement", une révision de concept s'impose... Pour ce qui est du Maroc, il reste aux dirigeants à apporter des réponses attendues par une majorité de marocains.
    Partager cet article sur :diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

    Commentaires

    Aucun commentaire.

    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum