Août 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Calendrier

conversion euro/dirham
Rechercher
Résultats par :
Recherche avancée
le dicton du jour
La recette du jour
El Jadida : la météo
Marées à El Jadida
Programme TV
Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs
Les sites recommandés par le "Nouveau Jdidi"









Partagez
Aller en bas
avatar
Messages : 4413
Date d'inscription : 11/04/2011
Age : 70
Localisation : EL JADIDA (Maroc)
Voir le profil de l'utilisateur

Amnistie fiscale 2018 Impôt sur le Revenu

le Lun 05 Fév 2018, 09:08
Amnistie fiscale 2018 Impôt sur le Revenu

On en parle mais voici ce qu'en dit l'association démocratique des français de l'etranger (ADFE)...








Généralités : Impôt sur le Revenu pour les étrangers résidents au Maroc


Comme la France, de nombreux pays ont signé des accords de coopération portant sur l’échange automatique de renseignements. Ces accords visent à améliorer la transparence en matière de fiscalité. Les services fiscaux du pays où a lieu le dépôt d’argent doivent transmettre les informations aux services fiscaux du pays de dépôt. L’échange de renseignements fiscaux entre les pays tend à se généraliser, qu’il soit automatique ou sollicité. Par conséquent, si, lors d’un contrôle, les services du fisc marocain détectent une absence de déclaration au Maroc, ils peuvent procéder à un redressement fiscal remontant jusqu’aux dix années qui précédent.

Amnistie fiscale 2018


La loi de finances 2018 prévoit une amnistie fiscale pour les contribuables qui auraient « oublié » de déclarer l’ensemble ou une partie de leurs revenus au fisc marocain. Cette amnistie fiscale se basera uniquement  sur les revenus 2016 et sera soumise au paiement d’une contribution libératoire s’élevant à 10% du montant des revenus non déclarés en 2016.

Le paiement de la contribution libératoire a pour effet d’acquitter la personne concernée du paiement de l’impôt sur le revenu ainsi que des amendes, pénalités et majorations y afférentes pour défaut de la déclaration et de versement de l’impôt pour les années antérieures à l’année 2017 (article 5 alinéa 5, Note circulaire n°728 de la DGI sur la loi de finance 2018)

Comment régulariser sa situation en cas de non déclaration pour les années antérieures à 2017 ?
Pour mémoire, si, lors d’un contrôle, les services du fisc marocain détectent une absence de déclaration au Maroc, ils peuvent procéder à un redressement fiscal remontant jusqu’aux dix années qui précédent. A titre exceptionnel, une disposition de la loi de finance 2018 permet aux résidents étrangers de régulariser leur situation fiscale, contre paiement d’une contribution libératoire de 10% au titre des revenus 2016, valant amnistie pour les années antérieures.

Les personnes concernées disposent de la période allant du 1er janvier 2018 au 31 décembre 2018 pour souscrire leur déclaration et verser le montant de la contribution libératoire au titre des revenus et profits précités (art. 9 de la Note circulaire n°728). Les personnes concernées qui souhaitent bénéficier de cette amnistie fiscale doivent effectuer une déclaration auprès des services des Impôts sur la base d’un bordereau-avis de versement, établi en trois exemplaires selon un imprimé modèle de l’administration (modèle : RSP060). (Note du "Nouveau Jdidi" : au préalable, avant de payer, il convient de déposer au centre des impôts, la déclaration modèle : ADP130).

Plus d’informations sont disponibles dans la Note Circulaire n°728 pour la Loi de Finance 2018 publiée par la DGI du Maroc. Note-Circulaire-728-LF-2018-amnistieIR2018 (page 86 et suivantes)

Le Service des Impôts des Particuliers des non-résidents se tient à la disposition des usagers pour toute précision plus technique. Il peut être contacté par voie de mail à l’adresse suivante : sip.nonresidents@dgfip.finances.gouv.fr
Nous vous recommandons de vous rapprocher d’un spécialiste fiscal pour toute situation particulière.

Une interview de M. Frédéric El Bar dans "l'économiste"

Les revenus fonciers de source française non imposables





Frédéric Elbar est conseil juridique et fiscal, 
associé-gérant de Maghreb Consulting 

- L’Economiste: Le périmètre de la déclaration n’est pas assez clair. Les revenus de source marocaine sont-ils visés par la contribution libératoire des étrangers résidents?
- Frédéric Elbar: 
Seuls les revenus étrangers n’ayant pas fait l’objet de déclaration sont concernés. Il s’agit de tous types de revenus. En l’occurrence les revenus du capital (intérêts et dividendes), les revenus comme les salaires ou les pensions de retraite et les revenus fonciers. Toutefois, les revenus dont le droit d’imposition est attribué exclusivement à l’Etat de la source (le pays d’où proviennent ces revenus), au regard d’une convention fiscale de non-double imposition entre le Maroc et l’Etat concerné, n’entrent pas dans la détermination du montant de la contribution libératoire. Il s’agit principalement des revenus fonciers. C’est le cas pour les revenus fonciers provenant de France car la convention fiscale franco-marocaine précise à cet effet que les revenus des biens immobiliers ne sont imposables que dans l'Etat où ces biens sont situés.
- A quoi correspondent les liquidités à déclarer et quel est le sort de placements d'assurance-vie?
- A mon sens,  les liquidités couvrent tout ce qui peut s’apparenter à des placements à terme comme lorsque le banquier vous rémunère sur l’argent que vous laissez sur votre compte. Quant aux placements d’assurance-vie, selon mon interprétation, tout dépend si on a pu disposer du revenu. En fait, on considère généralement qu’on ne dispose du revenu d’un contrat d’assurance-vie que lorsqu’on procède à un rachat partiel ou total. Et généralement, l’assureur précise la part du rachat qui correspond à un revenu et la part qui correspond en fait à un remboursement de votre capital.
- Beaucoup d'étrangers ne déclareraient pas les pensions de retraite. Que prévoit la loi et à quels risques s'exposent-ils?
- Il est expressément prévu dans la note circulaire de la DGI relative à la loi de finances 2018 que les pensions de retraite doivent être déclarés. Par ailleurs, le nouveau formulaire de déclaration prévoit désormais les autres revenus (en dehors de ce qui est revenus fonciers ou revenus du capital). Dès lors, dans le cadre de la contribution libératoire, les pensions de retraite seront imposées au titre de l’année 2016 à 10%. Par contre pour l’année 2017 ainsi que pour les années suivantes, elles seront soumises au barème progressif de l’impôt sur le revenu après les abattements fiscaux prévus dans le Code général des impôts. Si les personnes ne déclarent pas leurs revenus, elles pourront être rattrapées sur dix ans et devront alors payer l’impôt sur chaque année au cours de laquelle elles n’auront pas déclaré (et ce pendant les 10 dernières années à partir du moment où l’administration fiscale aura eu la connaissance de leur non-déclaration). A l’impôt, il faudra ajouter une majoration de 10% et des pénalités de retard de 0,5% par mois de retard de paiement.
- Si l’on remplit la déclaration et qu’on paie la contribution libératoire, cela libère-t-il de toutes obligations?
- En fait, il faut déclarer ses revenus étrangers au titre de l’année 2017 (et ce avant le 28 février) et payer les impôts tels que prévus par la loi (sous réserve de l’application des conventions fiscales). Il faudra ensuite le faire chaque année.

#impot #amnistiefiscale 
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum