compte rendu de la conférence du 09/10 à l'ENCG sur SOS group

Institut français El Jadida
Ecole Nationale de commerce et gestion




02/11 au 30/11 - Exposition :
Antoine de Saint Exupéry
"La Terre en héritage, sauver la planète
du Petit Prince"

Centre culturel Abdellah-Laroui à Azemmour

Institut français El Jadida

Octobre 2018

Calendrier

conversion euro/dirham
Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    le dicton du jour
    La recette du jour
    El Jadida : la météo
    Marées à El Jadida
    Programme TV
    Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
    Votre programme TV avec Télé-Loisirs
    Les sites recommandés par le "Nouveau Jdidi"









    Partagez
    avatar
    Messages : 4548
    Date d'inscription : 11/04/2011
    Age : 70
    Localisation : EL JADIDA (Maroc)
    Voir le profil de l'utilisateur
    11032018
    Avenue de la "traoucadère" !




    Les pluies diluviennes ne sont certes pas propices à la bonne conservation de nos rues et routes. Nous sommes dans une ville où la moindre averse a des répercutions sur l'asphalte de nos chaussées. Encore que... tout dépend de la voie empruntée.
    Ainsi, l'avenue Othmane Ibn Affane prolongée par l'avenue de la gare se trouve systématiquement dégradée lors de la moindre intempérie. Il ne faut pas être un expert des Ponts et Chaussées pour conclure à la mauvaise conception de cette artère, ni à la faiblesse des matériaux employés. Des "nids de poule" ont donc fleuri ça et là, obligeant les automobilistes soucieux de soulager autant que faire ce peut les amortisseurs de leur véhicule, à réaliser un gymkhana au demeurant plutôt dangereux.
     

    Pourtant, je ne serais pas comme un lecteur râleur d'un média jdidi s'exprimant dans la rubrique "Libre opinion" et laissant supposer que la corruption serait à l'origine de cette dégradation mais je constate que certaines avenues de prestige résistent mieux aux pluies que les artères portant des noms moins prestigieux certainement conçues pour citoyens de seconde zone... Remarquons d'ailleurs que l'avenue dont je vous parle, qui relie la gare ONCF au centre, pourrait être mieux lotie. Que peuvent en effet penser les touristes fraîchement débarqués d'un train et abordant la ville par cette avenue de la "traoucadère" (l'endroit semé de trou !) ? Nos édiles vont, sans doute, et comme constaté les autres années, ordonner de colmater les brèches par quelques "pétassous", réparations provisoires (mais, ici, le provisoire c'est l'éternité !) assurant des bosses positives tout aussi destructrices d'amortisseurs que les "traouquets"...
    Avec ça, faut-il signaler les feux tricolores qui marchent quand ils ont le temps... Vraiment, y a-t-il un pilote dans l'avion ?

    P.S. : bonne nouvelle : est-ce l'effet de la publication d'articles dénonçant ce laissé-aller qui, comme un aiguillon, a fait dépêcher sur les lieux du "crime" un personnel occupé à boucher les trous ? En tout cas, ce mardi 13 mars, une équipe se démenait pour réaliser, à l'aide de sable (!), ce que nous appelons, chez nous en Gascogne, des "pédassous". Travail surement inutile car la première averse aura raison de ces réparations à la va-vite. De plus, les "travaux" se sont limités au "devant de porte" du service des mines, certes "vachement" miné... le reste attendra... 
    Partager cet article sur :diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

    Commentaires

    Aucun commentaire.

    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum