Août 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Calendrier

conversion euro/dirham
Rechercher
Résultats par :
Recherche avancée
le dicton du jour
La recette du jour
El Jadida : la météo
Marées à El Jadida
Programme TV
Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs
Les sites recommandés par le "Nouveau Jdidi"









Partagez
Aller en bas
avatar
Messages : 4413
Date d'inscription : 11/04/2011
Age : 70
Localisation : EL JADIDA (Maroc)
Voir le profil de l'utilisateur

La "toile", un nouvel instrument de protestation ?

le Ven 04 Mai 2018, 20:21
La "toile", un nouvel instrument de protestation ?


La vie chère et la baisse du niveau de vie ressenties par les marocains sont à l'origine d'une nouvelle forme de protestation dont se sont appropriés les internautes.

Le Maroc a connu, ces derniers temps, le "hirak" du Rif et celui de l'Oriental qui ont mobilisé des foules importantes manifestant durant plusieurs jours sous différentes formes. Or, ces mouvements protestataires ont abouti à l'arrestation des "meneurs", montrant ainsi les limites de ces formes de démonstrations populaires.

Mais "les trésors de l'imagination sont inépuisables" et les nouvelles technologies de l'information nourrissent de nouvelles formes de protestations. C'est ainsi que sont apparus sur "la toile" une campagne visant au boycott de trois entreprises leaders dans leur secteur d'activité respectif et contre lesquelles les internautes reprochent des augmentations de prix inconsidérées.

La campagne qui a pour origine un ras-le-bol citoyen, vise :

- les eaux minérales Sidi-Ali distribuées par "les Eaux minérales d'Oulmès" (groupe Holmarcom)  dont la présidente n'est autre que Madame Miriem Bensalam, la "patronne des patrons" marocain.
- le groupe Afriquia dont le président n'est autre que M. Aziz Akhannouch, le très influent ministre de l'agriculture et leader du RNI (parti du rassemblement national des indépendants)
- la Centrale Danone, filiale de la multinationale française Danone.

Au début de la campagne de boycott, les "politiques" comme les responsables économiques, n'ayant pas mesuré l'impact que pouvait avoir une telle initiative des internaute, ont sous-estimé les répercutions qui en découlèrent rapidement. Au lieu de temporiser, certains jetèrent "de l'huile sur le feu" à l'image de l'intervention devant le parlement de M. Boussaid, ministre des finances, qui déclara « Nous nous devons d’encourager l’entreprise et les produits marocains, contrairement à ce que font certains étourdis (mdawikh) », M. Akhannouche n'étant pas en reste en parlant d'"une campagne virtuelle décalée de la réalité"... Quant au Directeur des achats de la Centrale laitière, il déclencha la fureur des internautes avec sa déclaration traitant les boycotteurs de "traîtres à la nation", le groupe devant se fendre par la suite d'excuses envers les consommateurs qui se seraient sentis offensés par de tels propos.

C'est que l'action conjointe et démultipliée des internautes a touché à la corde sensible, le cours des actions de nos trois "majors" ayant très sensiblement chuté à la bourse : Afriquia -5,97 % ; Centrale laitière -5,69 % et Eaux d'Oulmès -5,08 %.

Une nouvelle forme protestataire est donc née au Maroc. "Politiques" et décideurs économiques devront à l'avenir tenir compte de cette réalité, celle imposée par les consommateurs.
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum