02/11 au 30/11 - Exposition :
Antoine de Saint Exupéry
"La Terre en héritage, sauver la planète
du Petit Prince"

Centre culturel Abdellah-Laroui à Azemmour

Institut français El Jadida

Octobre 2018

Calendrier

conversion euro/dirham
Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    le dicton du jour
    La recette du jour
    El Jadida : la météo
    Marées à El Jadida
    Programme TV
    Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
    Votre programme TV avec Télé-Loisirs
    Les sites recommandés par le "Nouveau Jdidi"









    Partagez
    avatar
    Messages : 76
    Date d'inscription : 01/10/2017
    Voir le profil de l'utilisateur
    29052018
    La poigne, la main de fer


    L’Italie, une des nations fondatrices de l’union européenne, vient de découvrir comme l’ensemble des nations européennes la main scélérate qui vient de lui imposer un ancien gestionnaire, Carlo Cottarelli,  issu du FMI et surnommé "Mr Ciseaux" dans cette institution. La volonté du peuple italien, la Démocratie des peuples en général, la Commission Européenne et les Maîtres Berlinois n’en n’ont que faire
     
    Est-il utile de rappeler le vote du peuple français le 29 Mai 2005 qui à 54,68% avait dit non au référendum sur le traité établissant une constitution pour l’Europe. Un non  pour dire son refus à l’Europe des marchands, un non pour dénoncer un traité libéral, un traité où l’harmonisation sociale et fiscale avaient été sciemment mis de côté. Un "non" que Sarkozy puis Hollande s’étaient chargés de traduire en "oui" avec tout le cynisme qui les caractérise. Faut-il oublier les déclarations de Mr Juncker, président de la commission Européenne en date du 25 janvier 2015, au moment où Syriza vient de remporter les élections en Grèce : "Dire que tout va changer parce qu’il y a un nouveau gouvernement à Athènes, c’est prendre ses désirs pour des réalités.

     […] Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens». L’histoire se répète, mais là contre une nation qui est la troisième économie européenne. Devant les insultes de la presse allemande contre le peuple Italien, le Spiegel osant même un « Mais les mendiants, eux au moins, disent merci » Macron se tait, Macron est en hibernation sa "com." du moment, c’est celle de la régularisation du malien Mamoudou Gassama qui cache mal la répression des migrants en France. Lors de la réunification de l’Allemagne Berlin décida seul qu’un Mark de l’Est vaudrait un Mark de l’Ouest. Le chancelier Khol, pour empêcher l’inflation, haussa ses taux d’intérêts au plus haut afin d’attirer les capitaux. La France fut contrainte de s’aligner sans raison et d’augmenter ses taux afin d’éviter une fuite des capitaux. Selon un certain nombre d’analystes, il en coûta plus d’une centaine de milliards à notre pays. Est- ce que l’Euro doit se résumer à n’être qu’une discipline budgétaire ? Est-ce que l’Euro fort n’est pas là pour maintenir des salaires bas, afin que les retraités  et capitalistes allemands puissent en toute quiétude augmenter leur pouvoir d’achat à l’import, se garantissant également des dividendes conséquents afin de payer leur retraite par capitalisation ? Comme la Grèce, l’Italie et tous les autres, notre souveraineté est limitée : est-ce inéluctable ?
    L’attitude du président italien vient, hélas, élargir un peu plus la fracture qui sépare dorénavant les peuples européens de la commission européenne et ses Maîtres berlinois. En regardant du côté de l’Espagne où la crise politique  perdure à travers la corruption,  on se dit que de déchirures cette Europe part désormais en lambeaux.
    Partager cet article sur :diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

    Commentaires

    Aucun commentaire.

    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum