02/11 au 30/11 - Exposition :
Antoine de Saint Exupéry
"La Terre en héritage, sauver la planète
du Petit Prince"

Centre culturel Abdellah-Laroui à Azemmour

Institut français El Jadida

Octobre 2018

Calendrier

conversion euro/dirham
Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    le dicton du jour
    La recette du jour
    El Jadida : la météo
    Marées à El Jadida
    Programme TV
    Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
    Votre programme TV avec Télé-Loisirs
    Les sites recommandés par le "Nouveau Jdidi"









    Partagez
    avatar
    Messages : 4553
    Date d'inscription : 11/04/2011
    Age : 70
    Localisation : EL JADIDA (Maroc)
    Voir le profil de l'utilisateur
    20062018
    Le boycott via internet, 
    une nouvelle arme de protestation contre la vie chère

    20 juin 2018


    Nous avions, dans un précédent article, intitulé La toile, un nouvel instrument de protestation ?  dit combien le boycott de trois produits diffusés par trois leaders marocains de l'économie pouvait devenir une arme entre les mains des consommateurs. Lancé le 20 avril dernier, l'appel au boycott semblait ne pas être pris au sérieux par le gouvernement comme par les chefs d'entreprise. Ceux-ci, depuis, ont déchanté et l'on peut affirmer que ce mot d'ordre a été largement suivi.

    Cette nouvelle forme de protestation contre la politique sociale du gouvernement et contre la vie chère permet aux consommateurs de "prendre le pouvoir" et de mettre en échec les politiques répressives que l'on a pu observer lors des mouvements type Hirac du Rif ou de l'Oriental.

    Si Afriquia ou les eaux minérales Sidi-Ali restent discrets quant à l'impact de cette nouvelle forme de protestation, la Centrale Laitière du groupe Danone annonce une chute de son chiffre d'affaires au 1er semestre 2018 de 20 % et en profite pour faire peser sur les internautes la responsabilité de "dommages collatéraux" quant aux licenciements annoncés de près de 900 de leurs employés et la baisse contrainte de leur production, baisse qui touche 120 000 agriculteurs. Les mots d'ordre continuent à être observés par une bonne partie de l'opinion publique marocaine. Selon un récent sondage, 48 % des marocains avouent suivre ce mouvement de boycott.

    Plus encore : le festival Marwasine 2018 qui se tient actuellement dans la capitale, subit le même appel au boycott et d'importantes baisses de fréquentation s'en seraient suivies, les internautes reprochant l'organisation dispendieuse de l'événement, les sommes consacrées auraient selon eux pu être mieux utilisées à l'amélioration des aides sociales.

    Ce mouvement fragilise le gouvernement du Royaume et des fissures apparaissent au sein de l'institution déjà passablement divisée. Il montre toutefois la naissance d'une forme de protestations qui met à l'abri des forces  répressives les manifestants anonymement dilués dans leur liberté de consommateurs. Avouons que le boycott est une forme nouvelle surement inefficace dans nos pays européens rongés par l'individualisme ambiant....
    Partager cet article sur :diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

    Commentaires

    Aucun commentaire.

    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum