02/11 au 30/11 - Exposition :
Antoine de Saint Exupéry
"La Terre en héritage, sauver la planète
du Petit Prince"

Centre culturel Abdellah-Laroui à Azemmour

Institut français El Jadida

Novembre 2018

Calendrier

conversion euro/dirham
Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    le dicton du jour
    La recette du jour
    El Jadida : la météo
    Marées à El Jadida
    Programme TV
    Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
    Votre programme TV avec Télé-Loisirs
    Les sites recommandés par le "Nouveau Jdidi"









    Partagez
    Aller en bas
    avatar
    Messages : 4620
    Date d'inscription : 11/04/2011
    Age : 70
    Localisation : EL JADIDA (Maroc)
    Voir le profil de l'utilisateur

    "Sang de dragon"

    le Sam 28 Juil 2018, 14:01
    "Sang de dragon"





    Le Maroc recèle une flore dont la richesse n'a d'égale que le rareté des espèces. Certaines plantes et arbres n'existent que dans certaines régions du Royaume et leurs aires géographiques limitent leur présence dans le monde. C'est le cas de l'arganier. 

    Il existe également un arbre méconnu et pourtant très ancien : le dragonnier. Arbre emblématique des Canaries où il a pratiquement disparu, sa zone géographique comprend Madère et les Iles du Cap-Vert.

    Au Maroc, le dragonnier existe autour de Tiznit, dans la partie occitentale de l'anti-Atlas. Toutefois, il s'agit d'une sous-espèce spécifique et unique : le dragonnier "Ajgal". Son nom scientifique : dracaena draco Ajgal.

    L'espèce a une longévité tout à fait exceptionnelle : on parle d'un dragonnier de 5 000 ans qui aurait existé dans l'île de Tenerife et qui aurait été détruit par un ouragan en 1868... Il est plus vraisemblable que l'arbre en question ait été de 600 ans. Un âge toutefois respectable !

    Le dracaena draco Ajgal est un arbre qui dépasse les 10 mètres et pousse à flanc de montagne dans les rochers jusqu'à une altitude de 1 400 mètres, notamment sur les djebels Imzi et Adad-Medni. De ce fait, son accessibilité est difficile d'où son nom "Ajgal" qui signifie en berbère "l'inaccessible". Il se différencie légèrement du dragonnier des Canaries par sa forme et sa couleur.

    La population locale se sert des troncs de dragonnier comme rucher. Par extension,c'est ainsi qu'on donne aux ruchers le nom de "ajgal".

    De l'arbre est extrait une gomme-résine appelée "sang de dragon" à cause de sa couleur écarlate qui sert à la fabrication de vernis et de teintes rouges. Des peintures rupestres élaborées au moyen de ce "sang de dragon", ont été découvertes sur les parois des montagnes de l'Anti-Atlas. 

    Le dragonier Ajgar, découvert seulement en 1996 par le professeur Fabrice Cuzin et Abdelmalek Benabid, a été inscrit au Patrimoine de l'Humanité en 1998 dans la catégorie "nature". L'isolement de son aire, dans un massif difficile d'accès, explique sa découverte tardive. Celui-ci apparaît d'une beauté exceptionnelle, nous rapporte-t-on, et constitue un "écosystème pré steppique à pré forestier unique dans le monde par sa richesse en espèces végétales" et la présence de végétaux endémiques, dragonniers Ajgal et d'arganiers. 

    Chaussons nous de bonnes semelles et partons à la découverte ! 


    Revenir en haut
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum