Décembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Calendrier

conversion euro/dirham
Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    le dicton du jour
    La recette du jour
    El Jadida : la météo
    Marées à El Jadida
    Programme TV
    Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
    Votre programme TV avec Télé-Loisirs
    Les sites recommandés par le "Nouveau Jdidi"









    Partagez
    Aller en bas
    avatar
    Messages : 4659
    Date d'inscription : 11/04/2011
    Age : 71
    Localisation : EL JADIDA (Maroc)
    Voir le profil de l'utilisateur

    23/10 - Conférence : Rachid Sraidi "le rôle de la CGEM dans le développement de créations d'emplois pour les jeunes"

    le Lun 01 Oct 2018, 16:34
    23/10 - Conférence : 
    Rachid Sraidi 
    "le rôle de la CGEM dans le développement de créations d'emplois pour les jeunes"



    avatar
    Messages : 4659
    Date d'inscription : 11/04/2011
    Age : 71
    Localisation : EL JADIDA (Maroc)
    Voir le profil de l'utilisateur

    Re: 23/10 - Conférence : Rachid Sraidi "le rôle de la CGEM dans le développement de créations d'emplois pour les jeunes"

    le Mar 23 Oct 2018, 19:51



    Une conférence qui s'annonçait d'un intérêt indéniable : nous allions prendre connaissance des propositions que la CGEM (Confédération Générale des Entreprises du Maroc) avançait sur le dossier très "électrique" du chômage des jeunes.

    Or, ce fut donc, en tout cas pour le rédacteur de ce compte-rendu, une déception. Certes, je m'attendais à ce que le conférencier présente à son auditoire majoritairement étudiant de l'Ecole Nationale de Commerce et Gestion (ENCG) d'El Jadida, la confédération patronale marocaine.
     
    On apprit donc que la CGEM est née en 1947 et vient de fêter ses 70 ans. L'Etat marocain lui reconnaît depuis 2015 la fonction de seule représentante des entreprises privées, ce qui lui donne une responsabilité sociétale et sociale.

    Comme tout représentant des entreprises, on ne pouvait être surpris par les buts que s'assigne la CGEM et notamment :

    - la défense des intérêts des entreprises privées
    - la valorisation du rôle de l'entreprise
    - la promotion de l'investissement.
    Une structure nationale comportant un bureau avec :
    - un président (M. Slalhedine Mezouar, l'ancien ministre des affaires étrangères)
    - un vice président général
    - 7 vices,présidents chargés chacun d'une thématique propre.

    L'organisation qui comporte 33 fédérations sectorielles, est divisée en 13 régions. Elle a signé 90 conventions avec des organisations patronales d'autres pays. En outre, elle possède un groupe de 8 élus à la deuxième chambre du Parlement marocain, la chambre des conseillers.

    Nous en étions là et "le plat principal" se fit attendre... Il fallut que l'auditoire prenne la question en main, une question, rappelons-le, qui avait trait au : "rôle de la CGEM dans le développement de créations d'emplois pour les jeunes". 

    On brossa le tableau : le chômage au Maroc oscille dans une fourchette comprise entre 9 et 10 %. Les similitudes furent soulignées entre le Royaume et la France : même taux de chômage, même proportion en ce qui concerne le chômage des jeunes (15 à 24 ans) qui tourne dans les deux pays dans une fourchette de 20 à 25 %. Toutefois, la particularité soulignée par nos interventions, c'est que le chômage des jeunes diplômés est une constante du Royaume, ce qui a pour conséquence le désir d'expatriation et la "fuite de matière grise". 

    Les propositions de la CGEM, on ne les a guère entendues de la part du conférencier et il fallut lui rappeler que le président du groupe CGEM à la Chambre des conseillers avait émis en 2017 la nécessité aux yeux de la confédération de "flexibilité de l'emploi", une allusion non dissimulée d'avoir à "réformer le Code du Travail".

    Les mêmes recettes de part et d'autre de la Méditerranée,.. ce qui fit dire à l'un des intervenants que ces recettes avaient déjà été appliquées en France sans le moindre résultat et de rappeler que, accompagnant ces mesures de flexibilité, l'Etat français avait même fait un cadeau 40 milliards d'euros aux entreprises (CICE). La promesse faite par le "patron des patrons" de l'époque de créer un million d'emplois est même restée au stade des promesses.

    Les futurs diplômés de l'ENCG d'El Jadida ont seulement reçu pour consigne de la part d'un patron marocain présent : travail, travail... Quid des emplois, des salaires et de la stabilité dont tout jeune a besoin pour construire sa vie d'adulte...
    avatar
    Messages : 96
    Date d'inscription : 01/10/2017
    Voir le profil de l'utilisateur

    Un emploi?Des Emplois.

    le Mer 24 Oct 2018, 18:33
    Afin de poursuivre  et d’accréditer les remarques de Alain Degan sur cette conférence, quelques petits rappels:
    Le Maroc avait obtenu en 1996 un renfort d’échanges avec l’Union Européenne cet accord est entré en vigueur depuis l’année 2000.Le Maroc a obtenu’’ un statut avancé’’"Cet engagement européen sur le statut avancé est d'abord le témoignage d'une confiance", dans "l'effort du Maroc en terme de réformes politiques, de consolidation de l'Etat de droit, d'une meilleure justice, de réformes économiques, de cohésion sociale et de lutte contre la pauvreté", a déclaré Taïeb Fassi Fihri, le ministre marocain des Affaires étrangères, à quelques journalistes. "Nous répondons dans le concret à la définition de (Romano) Prodi: "tout sauf les institutions'", a continué M. Fassi Fihri, en référence à un discours de 2003 de M. Prodi, alors président de la Commission européenne. Il avait déclaré que les pays du sud de la Méditerranée pourraient partager avec l'UE "tout, sauf les institutions". "Nous sommes en train d'approcher le "tout'", a insisté le ministre.Quelques chiffres de ce rapprochement et  cet échange avec le Maroc.Depuis 1970 les aides de L’UE au Maroc sont passées de 20 M€ par an à 230 M€ en 2008(Développement dans les domaines de l’énergie,l’eau,la santé,l’alphabétisation,l’administration et les infrastructures routières.)
    Pour la période 2007-2010 il est alloué au Maroc 654 millions d’euros(7,3 milliards de DH)au titre du secteur social,,droits de l’homme et gouverance(appui au ministère de la justice,droits de l’homme)Réforme de l’administration publique,modernisation économique,Environnement (dépollution traitement des déchets)
    Prenons l’exemple du programme Emploi PME(40 M€) dont la durée s’est étalée de 2013 à 2017 les objectifs étaient les suivants:Contribuer à l’appui des réformes engagées par le gouvernement dans la lutte contre le chômage et la promotion de l’emploi notemment au niveau des PME/TPE.Questions: quelles ont été les actions du gouvernement et de la CGME  par rapport à cette dotation européenne?Nous n’en saurons rien.Pas plus que pour les 105 M€ pour le ‘’Programme Croissance et Compétitivité,le Programme Formation Professionnelle:60 M€,Programme d’appui au Plan Maroc Vert 60 M€(phase 2)etc…concernant le développement économique.Des emplois pour qui?Des emplois pour tous oui, tous y compris les handicapés.Ils représentent 6,8%de la population marocaine plus de 2,4 millions de personnes dont le coût s’élève à plus de 2% du PIB soit à peu près 9 milliards de DH ce que signale Idir Oughindi membre du conseil d’administration de l’amicale marocaine des handicapés(AMH)Qu’elle ne fut pas ma surprise que le représentant de la CGEM fut incapable de me répondre sur les mesures qu’envisageaient de prendre la CGEM par rapport à ces citoyens marocains victimes de handicap.Nous avons vu un chef d’entreprise bondir sur la scène micro à la main soutenir qu’au Maroc il n’y avait pas de chômage alors que celui-ci s’établit à 9,3% pratiquement le même que celui de la France comme le souligne Alain Degan.Abdelilah Hifdi chef du groupe de la CGEM à la chambre des conseillers déclarait en 2017 qu’il fallait flexibiliser le travail mais n’apportait aucunes solution à savoir sécuriser cette sortie du travail.La politique d’entreprise engagée est celle du MEDEF en France,une copie et celle prônée actuellement par la commisssion Européenne.Déréglementation et protection des salariés(es) des employés(es) à minima.La lutte de tous contte tous.Le grand déménagement du monde des salaires et une protection sociale toujours à la baisse ce qu’ils appellent le Progressisme.Comment batir une famille,avoir une vie décente quand on court de CDD en CDD:deux jours par ci 4 jours par là,deux mois ici,un mois par là?.Comment avoir fait le silence sur les 43153 accidents du travail (1) chaque année entre 2005 et 2014.On parle de 3000 morts au travail chaque année(2005-2014)(2).Face à ces morts à ces accidents du travail qu’elles sont les mesures envisagées pour diminuer ces drames humains et familliaux?Pourquoi en préambule ne pas avoir mis en perspective dans quel environnement le Maroc évolue par rapport au continent Africain,l’Europe et les traités de libre échange qu’il a conclue.Actuellement le Maroc est pénalisé par ces accords de libre échange qui profitent plus aux exportateurs des pays signataires, qui envahissent le marché marocain.L’intervenant aurait pu nous parler aussi du management,des secteurs créateurs d’emplois,les filières éducatives à suivre pour répondre à ces secteurs qui recherchent de la main d’oeuvre qualifiée.Une entreprise c’est un groupe humain de femme et d’hommes dont les intérêts entre le chef d’entreprise et les salariés diverges certes.Cependantle collectif managérial est en devoir d’assurer un salaire décent,une protection sociale et une sécurité au travail sans faille.La mondialisation le copié collé du libéralisme sur lequel s’est engagé le Maroc fait qu’aujourd’ui ce sont 90% des marocains diplomés qui veulent partir à l’étranger.
38.000 étudiants marocains vivent en France dont la plupart ne rentreront pas au Maroc. 8.000 cadres, 1.200 hommes d’affaires, 600 ingénieurs et 630 médecins ont quitté le Maroc en 2018. 7.000 médecins marocains en France et les ingénieurs se comptent par milliers...».(source rekrute)
    Ce n’est certainement pas en demandant encore de l’argent à l’Union Européenne pour mettre plus de policiers et de militaires à surveiller les plages de la méditerranée pour bloquer l’immigration, que le Maroc va eviter le fuite de ses cerveaux,sa matière grise somme toute son avenir.Le Maroc est un pays riche ,beau où il y a tout à construire et où les talents sont omniprésents mais gachés par celles et ceux qui conduisent et veulent conduire le Pays comme en 1956 année de l’indépendance de Maroc.Nous sommes en 2018..Alors on se retrousse les manches?
    Contenu sponsorisé

    Re: 23/10 - Conférence : Rachid Sraidi "le rôle de la CGEM dans le développement de créations d'emplois pour les jeunes"

    Revenir en haut
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum