09/03 - Rencontre :
Ghizane Chraibi
"l'étreinte des chenilles"
Librairie de Paris
Avenue des FAR
19 heures
en dialogue avec Abdelali Errehouni


Institut français El Jadida
Librairie de Paris




13/03 - l'heure du conte :
"Pas de souci, Jérémie"
Institut français El Jadida
22 avenue de la Marche verte
15 heures


Institut français El Jadida
,



16/03 - Concours de la chanson francophone :
"Maroc Folies"
toute la journée à El Jadida

réservé aux 12-25 ans
qualifications pour le festival de Marrakech

Institut français El Jadida

Février 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728   

Calendrier

conversion euro/dirham
Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    le dicton du jour
    La recette du jour
    El Jadida : la météo
    Marées à El Jadida
    Programme TV
    Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
    Votre programme TV avec Télé-Loisirs
    Les sites recommandés par le "Nouveau Jdidi"









    Partagez
    alain
    Messages : 4849
    Date d'inscription : 11/04/2011
    Age : 71
    Localisation : EL JADIDA (Maroc)
    Voir le profil de l'utilisateur
    06022019
    Un rapport de plus...?




    On se souvient de la "fronde" des parents d'élèves face à l'augmentation continuelle des frais de scolarité et aux grèves des enseignants de l'enseignement français à l'étranger dont nous nous étions fait l'écho dans un article intitulé : Enseignement français à l'étranger : mes chères études.

    Afin de désamorcer la grogne qui se faisait jour et dont nous pointions les causes dans une contradiction évidente entre :

    Arrow d'une part,  les ambitions affichées par le Chef de l'Etat du doublement d'ici 2030 des effectifs scolarisés dans les établissement de l'AEFE (agence de l'enseignement français à l'étranger),
    Arrow et d'autre part les coupes sombres dans les budgets attribués aboutissant dès la rentrée 2017 à la suppression de 500 postes d'enseignants,

    le premier ministre avait confié une mission en septembre dernier,à  Madame Samantha Cazebonne, Députée de la 5ème circonscription des français de l'étranger. On ne pourra reprocher à la Députée missionnée de ne pas connaitre son sujet puisqu'elle fut, un temps, proviseure du Lycée international Jean-Charcot à El Jadida et par la suite en Espagne.

    Le prestige de l'enseignement français à l'étranger attire les parents français expatriés comme les parents d'élèves locaux. Les résultats au baccalauréat sont excellents et 45 % des élèves obtiennent des mentions bien ou très bien leur facilitant l'entrée dans les universités françaises.
     
    Toutefois, si l'Etat assure 40 % des financements,  le reste à charge pour les parents devient particulièrement lourds, comme nous en apportions la preuve dans notre contribution citée.

    Madame Cazebonne vient de remettre lundi 4 février un rapport de 331 pages contenant 147 propositions. Rapport technique avec quelques incantations concernant le nerf de la guerre : les budgets alloués.

    Car sans engagement de l'Etat, il n'y aura pas d'ambition, la concurrence avec les établissements d'enseignement anglo-saxons se fera au détriment du français.  Que feront de ce rapport les ministres concernés Le Drian (affaires étrangères) et Blanquer (éducation) ? Ou plus exactement, qu'en fera le Président ? On sait trop bien par expérience que nos gouvernants ont un comportement strictement comptable et que leur principal souci est de rentrer "dans les critères de Maastricht" et l'on sait ce que ça veut dire !





    Parmi les mesures les plus emblématiques :

    • Une plus grande contextualisation des attentes locales

    • Une gestion des ressources humaines garantissant plus d’équité (Une offre de formation tournée vers le plus grand nombre, valorisation du retour en France des enseignants)

    • Une qualité de l’enseignement sans équivoque (l’homologation comme l’outil de garantie qui doit vraiment rassurer).

    • Une gouvernance plus participative (proposition d’augmenter le nombre de sièges dévolus aux fédérations de parents au Conseil d’administration de l’AEFE, modifier les règlements intérieurs afin de donner aux parents élus plus de prérogatives dans les établissements…)

    • Une gestion financière et immobilière optimisée qui associe mieux les parents d’élèves  (permettre l’investissement et le développement immobilier en dehors de la subvention publique... )

    • Une prise en considération des enjeux et défis que doit relever l’EFE afin de participer, entre autres, au rayonnement de la France à l'étranger. 




    Et pour ceux qui en voudrait davantage, consulter le rapport sur le lien suivant :
    L'enseignement du français à l'étranger
    Partager cet article sur :diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

    Commentaires

    Aucun commentaire.

    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum