Décembre 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier

conversion euro/dirham
Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    le dicton du jour
    La recette du jour
    El Jadida : la météo
    Marées à El Jadida
    La peur au ventre  ou  le feu au cul Maryes10
    Programme TV
    Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
    Votre programme TV avec Télé-Loisirs
    Les sites recommandés par le "Nouveau Jdidi"

    La peur au ventre  ou  le feu au cul 35546711



    La peur au ventre  ou  le feu au cul Logo_m10



    Partagez
    alain
    alain
    Messages : 5410
    Date d'inscription : 11/04/2011
    Age : 72
    Localisation : EL JADIDA (Maroc)
    19112019
    La peur au ventre
    ou
    le feu au cul


    La peur au ventre  ou  le feu au cul Images39


    La peur aurait-elle changé de camp ? C'est en tout cas un retournement de situation peu commune à laquelle nous assistons avec la parution dans « le Parisien » du 17 novembre d'une tribune signée par Patrick MIGNOLA, le président du groupe MODEM à l'Assemblée, Jean-Christophe LAGARDE, co-président du groupe UDI-Agir et Hervé MARSEILLE, le président du groupe centriste au Sénat. Assurément, ces trois parlementaires, soutiens de la première heure du pouvoir macronien, ont une peur panique de la grève du 5 décembre. Ils appellent ni plus ni moins à une « conférence sociale ».

    Selon eux, « La France serait à la veille d'une nouvelle convulsion ». Ils en décrivent l'origine : dans une mondialisation « désordonnée et surtout dérégulée", et veulent  convoquer une conférence sociale -un nouveau Grenelle du XXIème siècle- réunissant syndicats, patronat et gouvernement afin de négocier « le rééquilibrage entre le prix du travail et celui du capital ».

    Et leur collègue Erwan BALANANT, député MODEM du Finistère de renchérir : « à partir du moment où une entreprise peut augmenter la rémunération des actionnaires , elle peut augmenter celle des salariés ».

    On est loin d'un certain jour de 2017 où ce même Patrick MIGNOLA lors du vote au Sénat de la loi PENICAUT qui démolissait le Code du Travail, plastronnait : « la lutte des classes est terminée ». Aujourd'hui, devant la convergence des luttes sociales qui s'annonce, la peur change de camp et, pour se dédouaner, il rajoute ce commentaire  : « en dix ans, la rémunération du capital a augmenté sept fois plus vite que la rémunération du travail »  et de conclure que « c'est le rééquilibrage entre le prix du travail et celui du capital que cette conférence doit négocier » et de préconiser des augmentations générales de salaire, là où il ne voulait rien entendre jusqu'à ce que la pression se fasse plus forte.
    Partager cet article sur :diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

    Commentaires

    Aucun commentaire.

    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum