Le nouveau Jdidi
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Août 2020
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Calendrier

conversion euro/dirham
Petites annonces
le dicton du jour
La recette du jour
El Jadida : la météo
Marées à El Jadida
L'autre Vicomte. Maryes10
Programme TV
Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs
Les sites recommandés par le "Nouveau Jdidi"
L'autre Vicomte. 83171311





Le deal à ne pas rater :
Clé de licence Windows 10 PRO à 2,99 € (version téléchargeable)
2.99 €
Voir le deal

CARLE
CARLE
Messages : 296
Date d'inscription : 01/10/2017
29072020
L'autre Vicomte. Noai10
De la Révolution française, la mémoire populaire ne retient
que les noms de Mirabeau, Robespierre, Danton, Desmoulins, Fouché ou encore de Marat. Mais qui se souvient du vicomte de Noailles ?
Deux semaines après la prise de la bastille, le 14 Juillet 1789, la France est à l’aube d’une guerre civile.
Les paysans ne paient plus leurs impôts et craignant des réactions
violentes de leur seigneur s’apprêtent à prendre les armes.
Devant le chaos et l’anarchie qui se profile, l’Assemblée Constituante se réunit à Versailles le 4 Août 1789.


Certains députés plaident pour l’emploi de la force contre les paysans, d’autres militent au contraire pour l’abandon immédiat des servitudes et impôts injustes. Les deux camps s’affrontent violemment. C’est alors que le 4 août le Vicomte de Noailles, libéral beau frère du marquis de  Lafayette, monte à la tribune. Il appelle vigoureusement à la fin des privilèges ; son envolée lyrique embrase l’assemblée qui l’applaudit à tout rompre, on s’embrasse. A la tribune lui succède l’homme le plus riche de France, le Duc de Guillon, qui lui aussi est pour l’abandon des privilège. Il s’écrie : "Le désordre n’est pas le fait de brigands mais du peuple insurgé contre l’inégalité, l’arbitraire, l’iniquité des droits". Dans la salle, les députés du Tiers Etat applaudissent à tout rompre. Au fil de la soirée, les députés votent l’abolition de la qualité de serfs, la fin des juridictions seigneuriales, de tous les privilèges et immunités pécuniaires, du droit exclusif de la chasse, des colombiers et des garennes mais encore la Constituante se décide pour l’égalité des impôts, l’abandon de la dîme, l’accès libre aux emplois civils et militaires, la Justice gratuite, la suppression de la vénalité des offices et la destruction des pensions obtenues sans titres. En apprenant ces décisions qui désagrègent plus d’un millénaire de droits féodaux, la première réaction de Louis XVI est d’applaudir : "J’approuve tout ce que l’assemblée nationale va faire, je m’en rapporte à sa sagesse et ses lumières et surtout à ses vertus". Pourtant quelques jours plus tard, il refusera de ratifier les décrets de la constituante abolissant les privilèges : il ne s’y résoudra que violenté et forcé.
Louis XVI est guillotiné le lundi 21 janvier 1793 à Paris, place de la Révolution (actuelle place de la Concorde)
Le vicomte de Noailles se fit également remarquer en évitant à Marie-Antoinette d’être lynchée après la fuite manquée de la famille royale arrêtée à Varennes (juin 1791). Général, mais suspecté d’être contre-révolutionnaire, Noailles émigra en 1792. Il ne rentra en France qu’après que Bonaparte se fut emparé du pouvoir. Il fut nommé capitaine général de Saint-Domingue.
Révélant alors sa vraie nature, Noailles bascula dans la barbarie négrophobe et prit une part essentielle dans le génocide engagé contre la population haïtienne, utilisant des procédés innovants, tels notamment le gazage au soufre dans les cales des bateaux. C’est Noailles qui se chargea, pour le compte de Rochambeau, d’aller chercher à Cuba des chiens qui furent dressés à « manger du nègre » vivant. Pour le dressage, on se servit de malheureux civils qui étaient jetés en pâture aux animaux affamés, après les avoir éventrés pour que les chiens soient excités par l’odeur du sang.
Le portrait de Noailles, présenté comme un glorieux héros, est exhibé dans la galerie des batailles du château de Versailles et son nom est gravé sur l’arc de Triomphe.
Sources : Le point culture, Une autre Histoire.org.
Partager cet article sur :redditgoogle

Commentaires

Aucun commentaire.

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum