Décembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Calendrier

conversion euro/dirham
Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    le dicton du jour
    La recette du jour
    El Jadida : la météo
    Marées à El Jadida
    Programme TV
    Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
    Votre programme TV avec Télé-Loisirs
    Les sites recommandés par le "Nouveau Jdidi"









    Partagez
    Aller en bas
    avatar
    Messages : 4655
    Date d'inscription : 11/04/2011
    Age : 71
    Localisation : EL JADIDA (Maroc)
    Voir le profil de l'utilisateur

    Une page noire de l'histoire récente du Maroc : Tazmamart

    le Sam 21 Déc 2013, 22:19
    Une page noire de l'histoire récente du Maroc : Tazmamart

    Littérature carcérale


    un reportage de Jean-Claude et Ginette Baudeais



    Ce samedi 21 décembre 2013, a eu lieu une rencontre-débat-dédicace autour de l'écrivain Ahmed Marzouki, animée par Abdelali Errhoumi, sous l' égide de la médiathèque Tachfini, à la librairie"Eljadida Société".

    TAZMAMART n'existe pas ont prétendu pendant une vingtaine d'années, les autorités marocaines. L'écrivain décrit pudiquement le bagne où il fût enfermé avec 57 autres militaires, de 1973 à 1991, pour participation secondaire à deux attentats contre le Roi Hassan II . Ahmed Marzouki, sous-officier des Forces Armées Royales, a participé à son corps défendant au coup d'état de juillet 1971 contre le Roi au palais de Skhirat. Il a été personnellement condamné à 5 ans de prison puis transféré au bagne secret spécialement construit au fond du royaume.

    Avec une précision clinique, il nous narre ses 6550 jours dans une cellule en béton de 3 mètres sur 2,50.


    Le second ouvrage en arabe, intitulé "Mihnat Al Faragh" raconte l'après Tazmamart et est composé de séries plutôt réalistes portant des regards sur la société marocaine.

    Cette rencontre-signature-discussion nous a convaincu de rendre visite "Aux Tazmamantiens" au printemps prochain. La prison est détruite, reste trois bâtiments à l'abandon, la promesse de musée n'a pas été tenue. Le village attenant qui était sous embargo, femmes devant accouchées sur place, n'a pas été réhabilité. Nous sommes en face d'une page noire de l'histoire marocaine qu'il faudrait oubliée. Ce sera cependant, nous l'espérons, une "RICH" expédition au cœur d'une contrée pittoresque à l'écart des flux touristiques que nous rejoindrons par le tunnel du légionnaire, tout un programme...


    Revenir en haut
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum