compte rendu de la conférence du 09/10 à l'ENCG sur SOS group

Institut français El Jadida
Ecole Nationale de commerce et gestion




02/11 au 30/11 - Exposition :
Antoine de Saint Exupéry
"La Terre en héritage, sauver la planète
du Petit Prince"

Centre culturel Abdellah-Laroui à Azemmour

Institut français El Jadida

Octobre 2018

Calendrier

conversion euro/dirham
Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    le dicton du jour
    La recette du jour
    El Jadida : la météo
    Marées à El Jadida
    Programme TV
    Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
    Votre programme TV avec Télé-Loisirs
    Les sites recommandés par le "Nouveau Jdidi"









    Partagez
    Aller en bas
    avatar
    Messages : 4549
    Date d'inscription : 11/04/2011
    Age : 70
    Localisation : EL JADIDA (Maroc)
    Voir le profil de l'utilisateur

    "Mazagan, une longue histoire"...

    le Jeu 16 Nov 2017, 22:04
    "Mazagan, une longue histoire"... 


    16 novembre 2017


    Tel était le thème du 15ème colloque de la mémoire d'El Jadida organisé par la section locale de l'Union des Ecrivains du Maroc. 



    La salle de conférence du complexe de Mazagan était archi-comble, preuve que le sujet interrogent les jdidis. Les quatre conférenciers ont su captiver l'attention de l'assistance. Pourtant, ce ne fut pas une si "longue histoire" que ça et certains dans l'assistance manifestèrent d'ailleurs leur déception. C'est qu'en effet, on parle trop souvent de Mazagan, bastion portugais, comme si la cité n'avait pas un "avant"...

    Certes Mustapha Jmahri fit, comme à son habitude, un exposé détaillé et brillant sur "deux siècles d'histoire consulaire" et fit part de l'ossature de ses recherches, il ne s'agit là que d'un aspect de la vie et de l'histoire de la cité qui couvre les XIXème et XXème siècle. Il était d'ailleurs intéressant d'apprendre les raisons qui firent de Mazagan une ville consulaire : 2ème port du Maroc après Tanger, trafic maritime important du fait d'un arrière pays agricole riche d'où les exportations des produits vers l'extérieur.  Il démontra, preuves à l'appuis, que la cité garde encore des traces de cette histoire là. La particularité des consuls résidait dans leur double casquette de diplomates représentant un ou plusieurs pays, pas forcément leur pays d'origine, et de négociants. 

    Certes, également, Aboulkacem Chébri, directeur du centre d'étude et de recherche maroco-lusitanien, s'attela à démonter quelques "vérités" sur les raisons d'installation des portugais à El Jadida/Mazagan. Il indiqua que ces derniers, en occupant en premier Ceuta, avaient pour projet le cabotage de ports en ports afin d'ouvrir et découvrir la route pour les Indes par le Cap de Bonne Espérance. L'occupation avait pour but de sécuriser les ports et donc leur route des Indes. Les portugais ont pris Azemmour (1502), non par hasard, mais pour l'alose... Ce fut à la suite 250 ans d'occupation de Mazagan qui resta la dernière citadelle aux mains des portugais qui iront établir leur colonie en Amérique en créant au Brésil la ville de Vila Nova de Mazagao.

    Certes, fut évoquée également l'histoire des juifs marocains à Mazagan et au Maroc...

    Mais, il manque toute la période qui précéda la colonisation portugaise. Aboulkacem Chébri est tout à fait d'accord et s'insurge lui-même sur l'absence de cette histoire là. Mais il indiqua, pour démontrer la difficulté et en exagérant un "chouïa", que "depuis que les continents se sont séparés, il n'y a pas eu de fouilles archéologiques" quant à "la vie d'avant". Les monuments délabrés et qui disparaissent de la mémoire des hommes sont, sans conteste, source d'inquiétude pour les historiens : des traces de l'histoire de Mazagan s'effacent et il est urgent de s'atteler aux fouilles nécessaires afin d'agrandir l'histoire de la cité doukkalie....
    Revenir en haut
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum