Décembre 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier

conversion euro/dirham
Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    le dicton du jour
    La recette du jour
    El Jadida : la météo
    Marées à El Jadida
    L'Exclusion un Commerce ? Maryes10
    Programme TV
    Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
    Votre programme TV avec Télé-Loisirs
    Les sites recommandés par le "Nouveau Jdidi"

    L'Exclusion un Commerce ? 35546711



    L'Exclusion un Commerce ? Logo_m10



    Partagez
    CARLE
    CARLE
    Messages : 215
    Date d'inscription : 01/10/2017
    22112019
    L'Exclusion un Commerce ? Ricpau10
    La Fondation Agir contre l’exclusion (FACE)

    Créée en 1993, dont l’objet est de lutter contre l’exclusion, 

    la discrimination et la pauvreté, est dans le

    collimateur de la Cour des comptes qui 

    a contrôlé ses finances et sa gestion de 2013 à 2017. 


    Du beau monde préside cette fondation : Gérard Mestrallet, président d’honneur d’Engie (anciennement Gaz de France) et de Suez (grand groupe de distribution d’énergie), ex-grand patron du CAC 40 aux réseaux tentaculaires. 

    Le 17 Octobre les magistrats de la Cour des comptes ont rendu un rapport qui a sidéré le petit monde policé du mécénat français, dont l'institution aux 73 salariés et 14 millions d'euros de budget annuel est le représentant le plus incontournable. La Cour lui enjouint de trouver 4,5 millions d'euros avant le 31 décembre ou, « à défaut, [d']engager la procédure de retrait de la reconnaissance d'utilité publique et de dissolution de la Fondation »

    Les hauts fonctionnaires en étudiant minutieusement les comptes de la fondation entre 2013 et 2017 ont répertorié  de très nombreuses anomalies Sont pointées entre autre, les contrôles quasi inexistants, les comptes maquillés. Ceux-ci pointent aussi une gouvernance défaillante et des dépenses discutables du délégué général de la la FACE. Le rapport critique un abonnement France entière à la SNCF (coût: 1060 euros/mois) au profit de ce dernier mais dont il a été établi qu'il "l’utilisait quasi exclusivement pour ses déplacements entre son domicile en province (Loire-Atlantique) et Paris".


    La Cour s'étonne de cette dépense alors que le délégué général bénéficie "d'une allocation mensuelle non forfaitaire de 1000 euros maximum pour le remboursement sur justificatif des frais occasionnés par la double résidence du délégué général, allocation prévue par son contrat de travail. Cette situation est d’autant moins justifiable que le délégué général( Vincent Baholet) perçoit un salaire de près de 150.000 euros brut par an, supérieur de 70 % à celui du cadre dirigeant au salaire immédiatement inférieur."



    Le document de la Cour des comptes signale le cas de la Fondation Simplon (abritée par la FACE) et dont les dons (bénéficiant de l'avantage fiscal) qu'elle reçoit sont reversés presque intégralement à la SAS éponyme (non habilitée à recevoir des dons). "La création d’une fondation abritée transparente par rapport à une entreprise qui, en tant que telle, n’est pas éligible à l’avantage fiscal, apparaît d’une légalité douteuse ».



    La Cour des Comptes recommande donc à la fondation "de faire approuver par son conseil d’administration avant la fin de l’exercice 2019 la reconstitution intégrale de sa dotation sur la base d’engagements fermes et formalisés de contribution, assortis d’un échéancier précis et rapproché de versements". Elle brandit une menace lourde de conséquences pour la fondation: "à défaut, il conviendrait d’engager la procédure de retrait de la reconnaissance d’utilité publique et de dissolution de la Fondation".



    LAURENCE DRAKE est nommée déléguée générale en mai 2019 succédant à l'ancien délégué.



    Frédéric Mitterrand et Renaud Donnedieu de Vabres, (1)Administrateurs de FACE. Ils apporteront leurs riches expériences respectives pour accompagner la Fondation dans son nouvel élan.


    (1)Le 7 mai 2002, Renaud Donnedieu de Vabres est nommé ministre délégué aux Affaires européennes dans le premier gouvernement Raffarin. Mis en examen en qualité de directeur de cabinet de François Léotard, Président du défunt Parti républicain en 1996, il quitte ce gouvernement le 17 juin 2002.
    Dans cette affaire, il est condamné le 16 février 2004 pour blanchiment d'argent au versement, pour avoir participé, sur instruction du président du Parti républicain, à l'opération d'utilisation des fonds spéciaux de Matignon pour l'acquisition par le Parti républicain de son siège social

    Sources : Marianne, Lacroix, www.vie publique.fr
    Partager cet article sur :diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

    Commentaires

    Aucun commentaire.

    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum