02/11 au 30/11 - Exposition :
Antoine de Saint Exupéry
"La Terre en héritage, sauver la planète
du Petit Prince"

Centre culturel Abdellah-Laroui à Azemmour

Institut français El Jadida

Novembre 2018

Calendrier

conversion euro/dirham
Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    le dicton du jour
    La recette du jour
    El Jadida : la météo
    Marées à El Jadida
    Programme TV
    Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
    Votre programme TV avec Télé-Loisirs
    Les sites recommandés par le "Nouveau Jdidi"









    Partagez
    Aller en bas
    avatar
    Messages : 4620
    Date d'inscription : 11/04/2011
    Age : 70
    Localisation : EL JADIDA (Maroc)
    Voir le profil de l'utilisateur

    Résider à El Jadida : listes des démarches à entreprendre dès son installation

    le Mer 11 Mai 2016, 16:30




    Résider à El Jadida :
    l'essentiel
    des démarches à entreprendre

    La carte de séjour (ou de résident ou d'immatriculation)
    Il nous semble qu'il s'agit de la première démarche à réaliser lorsque l'on désire s'établir au Maroc. De son obtention qui vous permet d'y vivre plus de 182 jours par an, dépendra souvent d'autres démarches. Toutefois, on peut posséder une carte de résident et ne pas souhaiter y avoir son foyer fiscal. Aussi, les démarches que nous signalons nécessaires ci-après, ne le sont que pour ceux qui s'installent au Royaume et y vivent d'une façon permanente et en tout cas plus de 182 jours par an.



    L'ouverture de comptes bancaires au Maroc
    Si vous avez, avant votre installation au Maroc, acquis un bien immobilier dans le Royaume, vous devez déjà avoir ouvert auprès d'une agence bancaire un compte dit « en dirhams convertibles »et ceci afin d'effectuer la transaction immobilière. Il faut savoir que, pour l'instant, le dirham est une monnaie inconvertible et le solde de ce type de compte à destination des étrangers, tenu par l'établissement bancaire en dirhams, peut être rapatrié par virement sur un compte à l'étranger et sera donc transformé en devise étrangère au cours légal du jour du rapatriement.
    Il est possible (et même souhaitable surtout en matière de fiscalité) d'ouvrir également des comptes bancaires dits « en dirhams non convertibles ». Egalement, et toujours pour des raisons fiscales (la fiscalité marocaine ne reconnaît pas le « foyer fiscal » comme nous le connaissons en France, chaque membre du couple ayant des revenus personnels étant considéré individuellement comme un contribuable) il sera prudent d'ouvrir un compte «en dirhams non convertibles » au nom de chaque membre du couple titulaire desdits revenus.

    Pensions de retraite
    Dans la mesure où vous foyer permanent d'habitation au Maroc et que vous y vivez plus de 182 jours par an, vous deviendrez -en tout cas pour vos pensions de retraite- en application de la convention franco-marocaine due 29 mai 1970, contribuable marocain et vous serez tenu d'effectuer tous les ans une déclaration de revenus.
    De ce fait, la CSG, la CRDS ainsi que la CASA (contribution dépendance), impôts français, doivent ne plus vous être prélevés sur vos pensions de retraite.
    Il est donc nécessaire d'informer les caisses concernées de votre nouvelle situation par courrier recommandé avec accusé de réception en fournissant la photocopie de votre carte de résident (ou immatriculation) et en indiquant votre volonté d'établir votre foyer permanent au Maroc et à l'adresse qui vous leur indiquerez.
    Cette nouvelle situation modifiera les retenues sur les pensions de retraite de la façon suivante :

    Retenues avant expatriation
    Retenues après expatriation
    Retraites de base
    CSG : 8,3 % ou 3,8 % (si petites retraites)
    CRDS : 0,5 %
    CASA : 0,3 %
    soit : 9,1 % (ou 4,3 % si petite retraite)
    Retraites complémentaires
    9,1 % + 1 % (cotisation maladie)
    ou 4,3 % + 1 % (cotisation maladie)
    soit total de 10,1 % ou 5,3 % (pour les petites retraites)
    Retraites de base
    CSG+CRDS+CASA : 0 %
    cotisation maladie : 3,2 % soit 3,2 % de retenues sur les pensions de base




    Retraites complémentaires
    CSG+CRDS+CASA : 0 %
    cotisation maladie : 4,2 %
    soit total = 4,2 %

    Protection sociale
    Depuis la mise en application de la convention bilatérale franco-marocaine de sécurité sociale, le 1er juin 2011, convention signée entre les deux états le 22 octobre 2007, les retraités français expatriés au Maroc ont le choix entre deux systèmes de couverture de leurs soins de santé. 


    Arrow Un dispositif de droit, issu de ladite convention qui permet à chacun, sous réserve de procéder à son adhésion auprès de l'agence de la CNSS selon les modalités précisées dans notre article à découvrir sur le lien ci-contre, de bénéficier du système marocain de remboursement des soins de santé pour toutes les prestations et frais de pharmacie délivrés au Maroc.

    En choisissant ce système, le retraité français expatrié sera remboursé :
    - pour ses soins au Maroc par la CNSS
    - pour ses soins en France par la CNAREFE gérée par la CPAM de Seine & Marne.



     Arrow Un dispositif optionnel, issu de son adhésion volontaire à la CFE (Caisse des français à l'étranger).

    • Contrairement à ce que beaucoup pensent, la CFE est une caisse d'assurance privée et non une caisse primaire d'assurance maladie. Le site de la CFE entretient d'ailleurs la confusion en une phrase « Si vous êtes expatrié, vous pouvez choisir de continuer à bénéficier du régime de l'assurance maladie française en adhérant à la CFE » .
      C'est un fait : en adhérant à la CFE tous vos remboursements opérés le seront en fonction du tarif de référence français qui constituera en quelque sorte un garde-fou. Toutefois, il convient de tempérer cette idée qu'on serait mieux remboursé en adhérant à la CFE pour trois raisons :
      1°) les taux de remboursement pratiqués par la CNSS marocaine sont, au minimum, de 70 % du tarif de base alors que le taux de remboursement par la Sécurité Sociale française n'est que de 65 %, certains taux peuvent être d'ailleurs inférieurs à l'exemple de l'optique (60 %).
      2°) les tarifs de base sur lesquels sont remboursées les prestations maladie sont le plus souvent plus important au Maroc qu'en France.
      3°) le coût d'adhésion à la CFE est de 4,2 % de cotisations supplémentaires prélevées sur les pensions de retraite et s'ajoute aux cotisations maladie prélevées à titre obligatoire par le régime français (3,2 % sur les pensions de base et 4,2 % sur les pensions complémentaires).





    Protection complémentaire maladie
    Il possible également d'adhérer à une mutuelle complémentaire maladie. 
    Les adhérents de la CFE peuvent choisir un grand nombre de mutuelles françaises remboursant le ticket modérateur.
    Quant aux retraités français, adhérents à la CNSS en vertu des dispositions contenues dans la convention bilatérale en matière de sécurité sociale, ils ne pouvaient souscrire de contrat jusqu'au mois de mai 2015 où une mutuelle complémentaire santé s'est enfin préoccuper de la mise en place de contrats adaptés à leur situation. C'est ainsi que Playel santé, une mutuelle française de la MIPCF, a occupé le marché. Ses contrats sont diffusés au Maroc par Capitone gestion Internationale dont le siège social est à Marrakech. Depuis lors, les retraités français expatriés au Maroc et ayant adhéré à la CNSS, peuvent souscrire un contrat complémentaire santé selon 4 formules diffusées. Ils sont remboursés aussi bien pour les prestations en France qu'au Maroc.


    Approfondir : Pleyel santé


    Permis de conduire
    Titulaire d'un permis de conduire français, permis reconnu par le Royaume du Maroc, l'expatrié français a un délai d'un an pour obtenir un permis marocain.
    Pour ce faire, deux options s'offrent à lui :

    • soit échanger son permis français contre un permis marocain

    • soit passer les épreuves du permis de conduire marocain



    Approfondir : permis de conduire


    Inscription au registre des français auprès du consulat général de France
    On ne saurait qu'encourager les citoyens français résidant au Maroc à s'inscrire auprès du consulat général dont ils dépendent pour plusieurs raisons et notamment :
     - pour le Consulat Général : connaître et localiser la communauté française, sa circonscription consulaire, faciliter l’exercice de la protection consulaire, dans un but de sécurité ;
     - pour les Français : faciliter l’accomplissement des formalités administratives, recevoir des informations du poste consulaire, accéder à certaines procédures.


    Véhicule
    L'établissement au Maroc pose bien souvent le problème du véhicule. On sait qu'un véhicule immatriculé à l'étranger ne peut rester sur le territoire du Royaume que six mois dans l'année. Il faudra donc :
    Arrow soit faire immatriculer le véhicule au Maroc mais cela n'est pas sans conséquence, pécuniaire notamment avec le paiement d'un droit de douane à l'importation très dissuasif. On sait que seuls les véhicules d'occasion ayant moins de 5 ans, sont importables


                  Approfondir : dédouaner un véhicule d'occasion


    Arrow  soit importer un véhicule neuf de mois de 3 mois 

    Arrow soit acquérir un véhicule neuf au Maroc 
                         
    Arrow soit, enfin, acquérir un véhicule d'occasion au Maroc avec les recommandations et les pièges à éviter.


    Animaux de compagnie
    Les formalités à accomplir pour le passage des frontières ont fait l'objet d'un article dans le « Nouveau Jdidi ».










    #démarches #formalitésadministratives
    Revenir en haut
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum