Décembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Calendrier

conversion euro/dirham
Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    le dicton du jour
    La recette du jour
    El Jadida : la météo
    Marées à El Jadida
    Programme TV
    Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
    Votre programme TV avec Télé-Loisirs
    Les sites recommandés par le "Nouveau Jdidi"









    Partagez
    Aller en bas
    avatar
    Messages : 4655
    Date d'inscription : 11/04/2011
    Age : 71
    Localisation : EL JADIDA (Maroc)
    Voir le profil de l'utilisateur

    23 novembre 2012 : le café littéraire reçoit le vainqueur du prix du grand Atlas

    le Mer 24 Oct 2012, 17:31
    CAFÉ LITTÉRAIRE :

    PRIX GRAND ATLAS

    L'institut français d'El Jadida organise un café littéraire en présence du vainqueur du Prix grand Atlas 2012, Mohamed ELOUARDI, pour son ouvrage "Village maudit", dans la catégorie fiction francophone ; rencontre animée par Abdelali Errehouni.

    Vendredi 23 novembre à 19h00, à l'institut français

    Entrée libre

    Créé il y a vingt ans par l’Ambassade de France au Maroc, le Prix Grand Atlas s’impose aujourd’hui comme l’un des événements marquants de la vie culturelle au Maroc. Sa longévité lui assure une place privilégiée dans le paysage culturel marocain. Au fil des ans, il s’est donné pour ambition de récompenser les figures les plus prestigieuses de la scène littéraire marocaine, mais surtout d’encourager les talents émergents. Le Prix GrandAtlas récompense la traduction, le roman, le livre d’art, les essais ou encore la littérature jeunesse.

    Mohamed El Ouardi, né à Kelaâ Megouna (sud-est du Maroc), est agrégé de littérature française en 2001. Professeur dans les classes préparatoires, il a publié "Village maudit", son premier roman en 2010 chez les éditions Afrique-Orient.

    Le roman raconte, sur un ton tragique, la vie d'un jeune mineur, Kzim, qui rentre dans son village retrouver sa famille et se trouve enlisé dans la déliquescence et la misère sociale. Les rêves des personnages se brisent les uns après les autres dans ce patelin reculé.

    Dans une déclaration à la MAP, El Ouardi a indiqué que ce prix (40.000 DH) se veut "un hommage au village où j'ai grandi", précisant qu'"il y a une part d'autobiographie sublimée dans le roman que j'essaie de cacher".
    Revenir en haut
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum