« Notre cerveau nous rend vivant » par Catherine Vidal, neurobiologiste Dscn1415
Bahaa Trabelsi :
le Maroc au coeur


compte-rendu de la rencontre littéraire

Institut français El Jadida
Libairie de Paris



« Notre cerveau nous rend vivant » par Catherine Vidal, neurobiologiste Tzolzo88
26/02 - Cinéma jeunesse :
Cycle "en sortant de l'école"
Théâtre de la cité portugaise
15 heures

Institut français El Jadida




« Notre cerveau nous rend vivant » par Catherine Vidal, neurobiologiste Bonne_11
18/03 - l'heure du conte :
la bonne vieille
Institut français
15 heures


Institut français El Jadida

Février 2020
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
242526272829 

Calendrier

conversion euro/dirham
Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    le dicton du jour
    La recette du jour
    El Jadida : la météo
    Marées à El Jadida
    « Notre cerveau nous rend vivant » par Catherine Vidal, neurobiologiste Maryes10
    Programme TV
    Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
    Votre programme TV avec Télé-Loisirs
    Les sites recommandés par le "Nouveau Jdidi"
    « Notre cerveau nous rend vivant » par Catherine Vidal, neurobiologiste 83171311





    -57%
    Le deal à ne pas rater :
    Friteuse à air chaud (sans huile)
    64.99 € 149.99 €
    Voir le deal

    Partagez
    Aller en bas
    alain
    alain
    Messages : 5617
    Date d'inscription : 11/04/2011
    Age : 72
    Localisation : EL JADIDA (Maroc)

    « Notre cerveau nous rend vivant » par Catherine Vidal, neurobiologiste Empty « Notre cerveau nous rend vivant » par Catherine Vidal, neurobiologiste

    le Jeu 04 Fév 2016, 10:15
    « Notre cerveau nous rend vivant »
    Catherine Vidal, neurobiologiste, directrice de recherche à l'Institut Pasteur


    « Notre cerveau nous rend vivant » par Catherine Vidal, neurobiologiste Cervea10
     
     
    Qu'est-ce que la plasticité du cerveau ?
    À tous les âges de la vie, de nouvelles connexions se forment entre nos neurones en fonction des apprentissages et de nos expériences. La découverte de la plasticité cérébrale, qui date d’une vingtaine d’années, a été rendue possible grâce aux nouvelles techniques d’imagerie par IRM. On peut désormais voir le cerveau se modifier par l’apprentissage : épaississement du cortex, augmentation ou réduction du volume de certaines zones cérébrales… La structure et le fonctionnement du cerveau sont le reflet de l’histoire propre à chaque individu. Voilà pourquoi tous les êtres humains ont des cerveaux différents, avec leur propre personnalité ; même les vrais jumeaux.
     
    La plasticité cérébrale s’émousse-t-elle au fil du temps ?
    C’est par d’incessants remaniements que le cerveau de l’enfant grandit et apprend. Et cette plasticité demeure jusqu’à la fin de la vie. Ainsi peut-on développer ses connexions neuronales de telle sorte que le cerveau soit plus efficace et plus rapide dans ses actions. Pour rester en forme, on a donc tout intérêt à faire travailler son cerveau, en stimulant des fonctions différentes : langage, vision, mouvement…
    La mémoire ne diminue pas obligatoirement avec l'âge. En réalité, ce sont surtout les projets qui disparaissent chez la personne âgée. Et s’il y a moins de projets, il y a moins de mémoire. Le secret : continuer à aimer la vie.
     
     
    De nouveaux neurones, même chez les seniors ?
    Contrairement à une idée souvent admise, notre cerveau produit tout au long de la vie, au rythme de 10 000 à 30 000 par jour, des neurones au destin bien singulier. Leur rôle serait en effet de nous permettre de nous adapter aux situations nouvelles de la vie quotidienne, et d’accélérer ainsi notre faculté d’apprentissage. C’est ce que révèle une étude de 2012 menée par Pierre-Marie Lledo, directeur de recherche à l'Institut Pasteur. De quoi se mettre à l’ordinateur ou aux dernières innovations numériques ? Pas tout à fait. Ces nouveaux neurones doivent être stimulés pour créer sans cesse de nouvelles connexions et ne pas décliner. Il faut donc le vouloir… Cette découverte ouvre de prometteuses perspectives thérapeutiques, basées sur l’implantation de ces neurones « frais » capables de doper la mémoire, dans des pathologies telles que les AVC, Alzheimer ou Parkinson.
     
     
    Nous avons un deuxième cerveau !
    Depuis quelques années, la recherche accumule les preuves qui font de notre ventre rien de moins qu’un deuxième cerveau. Notre paroi intestinale abrite en effet 200 millions de neurones – à peu près autant que le cortex d'un chat ! –, qui dialoguent en permanence avec notre « tête ». Et ce que révèle cette conversation secrète a de quoi étonner. Les scientifiques se sont aperçus par exemple que le système digestif sécrète 95 % de la sérotonine présente dans le corps. Ce neurotransmetteur participe à la gestion de nos émotions et provoque, en cas de déséquilibre, stress, anxiété ou phobie. De fait, le ventre peut jouer lui aussi avec nos humeurs ! En outre, certaines découvertes ouvrent aujourd’hui d’immenses espoirs thérapeutiques. Des maladies neurodégénératives, comme Parkinson, pourraient trouver leur origine dans notre ventre. Si cette hypothèse se confirme, une simple biopsie intestinale permettrait un dépistage précoce et une meilleure prise en charge des malades.
    Revenir en haut
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum