Najat Dialmy : « Une tête bien faite plutôt qu'une tête trop pleine » Dscn1415
Bahaa Trabelsi :
le Maroc au coeur


compte-rendu de la rencontre littéraire

Institut français El Jadida
Libairie de Paris



Najat Dialmy : « Une tête bien faite plutôt qu'une tête trop pleine » Tzolzo88
26/02 - Cinéma jeunesse :
Cycle "en sortant de l'école"
Théâtre de la cité portugaise
15 heures

Institut français El Jadida




Najat Dialmy : « Une tête bien faite plutôt qu'une tête trop pleine » Bonne_11
18/03 - l'heure du conte :
la bonne vieille
Institut français
15 heures


Institut français El Jadida

Février 2020
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
242526272829 

Calendrier

conversion euro/dirham
Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    le dicton du jour
    La recette du jour
    El Jadida : la météo
    Marées à El Jadida
    Najat Dialmy : « Une tête bien faite plutôt qu'une tête trop pleine » Maryes10
    Programme TV
    Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
    Votre programme TV avec Télé-Loisirs
    Les sites recommandés par le "Nouveau Jdidi"
    Najat Dialmy : « Une tête bien faite plutôt qu'une tête trop pleine » 83171311





    Le Deal du moment : -43%
    Braun Tondeuse À Barbe BT3041
    Voir le deal
    28.59 €

    Partagez
    Aller en bas
    alain
    alain
    Messages : 5617
    Date d'inscription : 11/04/2011
    Age : 72
    Localisation : EL JADIDA (Maroc)

    Najat Dialmy : « Une tête bien faite plutôt qu'une tête trop pleine » Empty Najat Dialmy : « Une tête bien faite plutôt qu'une tête trop pleine »

    le Sam 18 Jan 2020, 23:08
    Najat Dialmy : « Une tête bien faite plutôt qu'une tête trop pleine »


    Najat Dialmy : « Une tête bien faite plutôt qu'une tête trop pleine » Dscn1113


    C'est la conclusion de Najat Dialmy venue à El Jadida ce samedi 18 janvier à l'invitation de l'Institut français et de la librairie de Paris.

    Le sujet, son dernier livre «Mémoire d'un professeur – Récit de vie », est un parcours de la vie de ce professeur de littérature française, docteur ès lettres, qui exerça durant trente années dans les collèges et lycées du Maroc avant de devenir formatrice au Centre Régional des métiers de l'éducation et de la formation de Rabat.

    Une communauté de vue apparaît dans le dialogue entre l'auteur et le professeur Abdelali Errehouni, le maître de séance d'un soir, quant à l'état de l'enseignement au Maroc : des constats similaires sur la dégradation d'un système qui « ne réussit pas à faire évoluer ses élèves ».

    Auparavant, Abdelali Errehouni présente le livre comme « une autobiographie professionnelle » et l'auteur d'expliquer qu'il ne s'agit pas d'une autobiographie personnelle mais, au travers de faits et anecdotes vécues au cours de sa carrière, de mettre l'accent sur la relation entre le professeur et ses élèves : « on enseigne mais on apprend surtout des élèves ».
    Najat Dialmy : « Une tête bien faite plutôt qu'une tête trop pleine » Dscn1114


    L'enseignement est d'abord une vocation et Najat Dialmy nous raconte la révélation de sa vocation lorsque, enfant, elle enseignait à ses « élèves-oreillers » qu'elle dressait devant elle. Et Abdelali Errehouni, comme seul il en a le secret, de nous révéler une anecdote du même genre sur la naissance de sa propre vocation...

    Plaisir d'enseigner mais aussi plaisir d'apprendre... Comment susciter le plaisir d'apprendre auprès de ses élèves ? Il y a toujours une nécessaire remise en cause de son enseignement, une adaptation au public que le professeur a en face de lui. Toutes ces expériences vécues sont matière à ce livre. Quelques désillusions apparaissent dans l'écart entre le rêve de l'enfant et la réalité du terrain, entre les directives ministérielles, des programmes trop chargés et la nécessité d'adapter. Comprendre les élèves, analyser les pratiques et les évaluer : c'est une remise en cause permanente pour un corps enseignant débordé de travail.
    Najat Dialmy : « Une tête bien faite plutôt qu'une tête trop pleine » Dscn1115


    La discussion qui suivit le dialogue tourna autour de l'état de l'enseignement public marocain très décrié et qui doit faire face à la concurrence du privé soucieux de « gagner des parts de marché ». Furent évoqués également les problèmes de formation des enseignants, l'écart réel ou supposé du niveau de l'apprentissage du français dans les classes rurales, la collaboration entre la France et le Maroc et le rôle des instituts français du Maroc mais également la nécessité de l'ouverture la culture sous toutes ses formes pour faire des jeunes des citoyens aptes au raisonnement et à la synthèse.

    Le public de ce soir pouvait ainsi se retrouver sur la conclusion : il vaut mieux une tête bien faite plutôt qu'une tête bien pleine.
    Najat Dialmy : « Une tête bien faite plutôt qu'une tête trop pleine » Dscn1116
    Revenir en haut
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum